La marine de Colbert

Note moyenne 
Bernard Lutun - La marine de Colbert.
Tout en confiant à des officiers sédentaires le soin de recruter les équipages, de les nourrir et d'entretenir les vaisseaux, Colbert maintient pour... Lire la suite
37,00 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 23 janvier et le 27 janvier
En librairie

Résumé

Tout en confiant à des officiers sédentaires le soin de recruter les équipages, de les nourrir et d'entretenir les vaisseaux, Colbert maintient pour deux siècles le système de la marine d'armateur dans le service militaire, selon les idées de son temps. Il ne parvient pas à imposer la discipline au corps des officiers de marine. Pourtant ce ministre a songé à une organisation réellement militaire, en formant pour chacun des vaisseaux un état-major et un noyau d'équipage permanents, et il a donc cherché à recruter des marins par la voie de l'engagement. Il a même été question de confier à nouveau aux officiers de marine l'entretien de leur bâtiment. C'était former la Marine de façon naturelle. L'institution des Classes ou Inscription maritime, vue dans ces conditions comme la réserve de l'armée navale, et les régiments ou compagnies d'infanterie de marine auraient permis de compléter les armements. L'arsenal selon Colbert est une usine qui produit à la fois pour la marine en construction et pour la marine construite. Le régime normal, au moins celui des ateliers, en est le suivant : l'Etat achète les matières premières et les fait transformer par des artisans payés à façon. A la suite de Richelieu, et non sans exagération, Colbert emploie au service sédentaire des agents de l'ordre administratif et de l'ordre technique, sans partage d'attributions avec les officiers de marine. Les agents des deux autorités doivent néanmoins coopérer, dans les armements notamment. Les froissements entre le corps administratif civil (la Plume) et le corps des officiers de marine (l'Epée) ne sont pas exceptionnels à l'époque de Colbert, mais ils n'ont ni l'intensité ni le caractère véritablement maladif qui ont conduit à l'abandon de son système et à la militarisation partielle des arsenaux à partir de 1776, une œuvre contre nature qui fait encore sentir ses effets, au moment où l'on annonce enfin leur émancipation.

Sommaire

    • Les anciens amiraux (1270-1626)
    • La transformation de la Marine (1626-1669)
    • L'Amirauté réformée (1669-1791)
    • Le corps militaire de la Marine ; L'organisation de 1669-1670
    • Le système des classes de la Marine
    • L'administration des ports et arsenaux
    • La nouvelle Marine à l'épreuve

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/10/2003
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-7178-4741-3
  • EAN
    9782717847413
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    285 pages
  • Poids
    0.5 Kg
  • Dimensions
    15,7 cm × 24,0 cm × 2,0 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Bernard Lutun

Bernard Lutun est ancien élève de l'Ecole polytechnique (1977) et titulaire du D.E.A. d'histoire moderne et contemporaine de l'université Paris-IV Sorbonne (1991).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
37,00 €