La haine de la religion - Comment l'athéisme est devenu l'opium du peuple de gauche

Note moyenne 
La religion est l'opium du peuple : relisez Marx ! C'est en ces termes qu'au début de l'année 2010, le NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) fut renvoyé... Lire la suite
10,00 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 23 septembre et le 27 septembre
En librairie

Résumé

La religion est l'opium du peuple : relisez Marx ! C'est en ces termes qu'au début de l'année 2010, le NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) fut renvoyé à ses chères études par un choeur unanime composé, entre autres, d'Aurélie Filippetti, Nadine Morano, Laurent Fabius et Michel Onfray. Le motif ? La candidature, jugée saugrenue, d'une jeune militante du Vaucluse qui avait le mauvais goût d'être musulmane et de porter un foulard.
Ce sarcastique conseil de lecture est, depuis lors, repris quasi rituellement, dans l'ensemble de la gauche française, à chaque fois que des musulmans investissent le champ politique, tandis que se multiplient les professions de foi antireligieuses, dont la version la plus vendeuse a été, ces dernières années, le Traité d'Athéologie de Michel Onfray (Grasset, 2005). C'est ce sarcastique conseil de lecture qu'on a ici choisi de prendre au sérieux, et l'expérience se révèle passionnante.
On découvre en chemin qu'il est fort difficile d'enrôler post-mortem l'auteur du Capital dans la cabale éradicatrice des chasseurs de voile, d'islam ou de religion, et pas davantage Engels, Lénine, Trotsky ou Rosa Luxemburg. On découvre même qu'un des grands apports théoriques et pratiques du mouvement socialiste d'inspiration marxiste au combat progressiste est d'avoir pointé les limites du combat antireligieux issu de la tradition des Lumières et de l'avoir relégué à l'arrière-plan, en le dénonçant comme un écueil, un idéalisme ou une ruse de la bourgeoisie.
On découvre que Marx et les marxistes ont même théorisé et pratiqué l'alliance entre "celui qui croit au Ciel et celui qui n'y croit pas". On réalise enfin la malicieuse actualité de leurs analyses : c'est aujourd'hui l'athéisme et le combat antireligieux, l'irréligion en somme, qui peuvent être considérée comme l'opium du peuple de gauche.

Sommaire

    • Des leçons de marxisme
    • Du ciel à la terre
    • De la terre au ciel
    • Des bienfaits de l'opium
    • De la soumission
    • De l'interprétation
    • Du patriarcat
    • De l'homophobie
    • Du luthérogauchisme
    • Des livres noirs.

Caractéristiques

  • Date de parution
    07/03/2013
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-7071-7590-8
  • EAN
    9782707175908
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    136 pages
  • Poids
    0.138 Kg
  • Dimensions
    12,7 cm × 19,1 cm × 1,3 cm

Avis libraires et clients

L'éditeur en parle

Le niveau actuel d'hystérie, de crispation et de violence autour des questions religieuses (et de l'islam au premier chef) n'épargne pas la gauche française, toujours prompte à enrôler (le "barbu") Marx et sa dénonciation de l'opium du peuple. Cette lecture dévoyée et incomplète falsifie la pensée critique : et si le combat antireligieux était, aujourd'hui, l'opium du peuple (de gauche) ?

À propos de l'auteur

Biographie de Pierre Tévanian

Pierre Tevanian, professeur de philosophie, est le créateur et l'animateur du site Les Mots sont importants. Il est l'une des figures les plus actives de l'antiracisme en France, et l'auteur de plusieurs livres, dont Dévoilements (Libertalia, 2012), La Mécanique raciste (Dilecta, 2008), ou, à La Découverte, La République du mépris (2007).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

10,00 €