La grammaire parallèle

Note moyenne 
Christian Moncelet - La grammaire parallèle.
L’idée du livre, un constat : les créateurs de textes ne cessent de violer théoriquement les principes grammaticaux. La grammaire parallèle est... Lire la suite
14,50 € Neuf
Définitivement indisponible
En librairie

Résumé

L’idée du livre, un constat : les créateurs de textes ne cessent de violer théoriquement les principes grammaticaux. La grammaire parallèle est un florilège des jugements portés sur la langue par des auteurs (célèbres ou non), par les grands noms ou des anonymes. Ainsi, la grammaire parallèle prend ses distances par rapport à la grammaire commune, tout en respectant certaines de ses contraintes. La tonalité dominante est l’humour, la fantaisie, dans le fond et dans la forme.
Il n’est pas question de faire un ouvrage universitaire (pire “universiterne” !). Les commentaires faits par les uns et les autres sur le langage sont, le plus souvent, spirituels, inattendus, loufoques et pertinents. Le florilège se présente comme un manuel, avec des chapitres traitant de la graphie (création visuelle des mots), de l’orthographe, du lexique (“pieds de néologismes”, “bête-à-deux-mots”…), d’étymologie, des problèmes de genre et de nombre, des accords, de la conjugaison (temps verbaux inventés, temps particulièrement irréguliers)… Des exercices d’application sont même proposés.
Parfois aussi, des “pauses culturelles” suggèrent des prolongements de lecture.

Caractéristiques

  • Date de parution
    20/09/2012
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-35164-176-7
  • EAN
    9782351641767
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    222 pages
  • Poids
    0.26 Kg
  • Dimensions
    13,2 cm × 20,2 cm × 1,8 cm

Avis libraires et clients

L'éditeur en parle

EXTRAITS : 1.Orthographe L’orthographe est parfois utile. Raoul Lambert, dans son Dicodingue, le prouve en donnant un exemple éclairant : « Seule l’orthographe permet de distinguer une pieuvre d’un poulpe. » Faut-il pour autant respecter scrupuleusement l’orthographe ? En cas de laisser aller, est-ce si orthograve ? Affaire de tolérance sensée : tout, ou presque, est relatif et dépend du contexte : « Kayac peut s’écrire kayak, mais l’essentiel c’est qu’il ne soit pas percé.
» Frédéric Dard, San Antoniaiseries. Il y a même des orthographes circonstanciées, si l’on en croit Victor Hugo : « En vieillissant la rose prend deux s. » 2.Conjugaison En grammaire parallèle, on a le droit de pratiquer une dérivation sans complexe. Créer des verbes à partir de n’importe quel mot, un nom commun ou propre, un adjectif et même un verbe. « Le rôle d’un psychiatre, c’est clair, c’est de psychiatrer.
» Boris Vian, L’Arrache-cœur. « La Joconde me fascine. Mais pas par sa beauté, par sa bêtise. On devrait inventer un verbe pour désigner l’imbécillité satisfaite de ce visage. Le verbe “joconder”. » Henri Troyat, La Maladre, Les Eygletière

À propos de l'auteur

Biographie de Christian Moncelet

Christian Moncelet, écrivain et universitaire, a publié des livres sur René Guy Cadou, Alexandre Vialatte, Cami, les bonheurs d'expressions; les mots du comique, l'esprit des femmes... Il crée aussi, depuis plusieurs décennies, des "insolivres", alliant fantaisie et poésie.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK