L'échangeur souterrain de la gare Saint-Lazare - Roman intérieur - Grand Format

Note moyenne 
Jean-Louis Giovannoni - L'échangeur souterrain de la gare Saint-Lazare - Roman intérieur.
Six mois durant, le narrateur se rend presque quotidiennement dans la station de métro Saint-Lazare à Paris, avec le projet d'y noter et détailler... Lire la suite
17,00 € Neuf
Expédié sous 3 jours
Livré chez vous à partir du 26 septembre
En librairie

Résumé

Six mois durant, le narrateur se rend presque quotidiennement dans la station de métro Saint-Lazare à Paris, avec le projet d'y noter et détailler le mouvement des foules. La méthode se veut rigoureuse, l'approche : scientifique. Le résultat est une dérive folle, une accumulation de chiffres. Il s'agit du relevé, jour après jour, du nombre de corps, puis de bras, d'orteils, d'ongles, de cheveux, qui traversent, arpentent et hantent les tunnels souterrains, jusqu'à la poussière.
Et si on allait jusqu'à mesurer les courants d'air, peser les gestes de chacun ? Ce n'est pas une étude, mais une perte, une divagation sans sol, l'angoisse d'un homme qui cherche à rassembler les morceaux de lui-même, éparpillés et dissous dans les couloirs de "l'Echangeur" . Ce journal est celui d'un homme qui creuse en lui des tunnels pour y perdre la foule qui l'habite, son propre attroupement humain.
Il arpente ce dédale : en pure volatilisation ? Avec cette fièvre de nommer, de recueillir, à chaque échelle, chaque épaisseur et entre les lignes, une preuve tangible de présence, pour ne pas disparaître. Il déplie les géographies, le dehors et le dedans, les os et les membres. Il dresse un constat, un décompte, une carte, dans une tentative de précision contre la confusion qui le submerge dans les passages de l'échangeur souterrain.
Il cherche à tracer le contour, à définir les limites de notre réalité. Plus on avance dans ce journal à la fois autoritaire et inquiet, qui échafaude des certitudes pour se rassurer, pour affirmer un visage solide contre les courants d'air, plus on pénètre profondément les strates successives de la dispersion dans le nombre. Nous sommes victimes de nos dispersions, "les gens changent de corps sans prévenir" , notre identité est mouvante, il y a un trou dans le tissu, par où passent et prolifèrent tous les possibles.
On rapporte le visage des autres chez soi. Les membres ont leur vie propre, leur gestuelle et leur caractère. La réalité devient élastique. On traverse des corps, migrants perpétuels d'une humanité bourdonnante et diffuse. Dans le "silence de la matière" , on ne traverse rien sans perte. Et nous voici soudain indéfinis, poreux, décomposés : perdus. Qui sommes-nous ? Des monstres sous-jacents, des monstres invisibles, des particules de poussière.

Caractéristiques

  • Date de parution
    20/08/2020
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-87704-217-8
  • EAN
    9782877042178
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    75 pages
  • Poids
    0.172 Kg
  • Dimensions
    15,2 cm × 21,0 cm × 1,0 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Jean-Louis Giovannoni

Jean-Louis Giovannoni est né à Paris en 1950. Il a exercé le métier d'assistant social pendant plus de trente cinq ans en hôpital psychiatrique. Il ouvre son oeuvre poétique avec Garder le mort en 1975, livre de deuil qui deviendra un classique de la poésie contemporaine. Auteur d'une trentaine d'ouvrages chez divers éditeurs (Unes, Leo Scheer, Lettres Vives, Champ Vallon...), il compose une poésie de fragments interrogeant le malaise d'un rapport intime et extérieur au monde (Les Mots sont des vêtements endormis, Ce Lieu que les pierres regardent, L'air cicatrise vite).
Ce rapport à l'espace s'incarne jusqu'à une altération pensive du vers à la fin des années 80 (L'Invention de l'espace, Pas japonais) avant de faire place à de nouvelles formes, entre prose et poème. Depuis les années 90, ses thèmes interrogent notamment la violence des rapports sociaux (L'Election, Journal d'un veau, Traité de la toile cirée, Sous le seuil), mêlant fantasmagorie et biographie, grotesque et pulsion.
Il s'occupe par ailleurs de la publication des textes inédits de Raphaële George. Lauréat du prix Georges-Perros en 2010, il a été président de la Maison des écrivains et de la littérature.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

L'échangeur souterrain de la gare Saint-Lazare - Roman intérieur est également présent dans les rayons

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
17,00 €