Khrouchtchev - La réforme impossible

Note moyenne 
Jean-Jacques Marie - Khrouchtchev - La réforme impossible.
On se souvient si volontiers des pitreries de l’homme – capable d’asséner sa chaussure sur un pupitre de l’ONU pour faire taire l’assistance... Lire la suite
28,50 € Neuf
Expédié sous 5 à 9 jours
Livré chez vous entre le 3 février et le 6 février
En librairie

Résumé

On se souvient si volontiers des pitreries de l’homme – capable d’asséner sa chaussure sur un pupitre de l’ONU pour faire taire l’assistance – qu’on en oublierait presque que Nikita Khrouchtchev (1894-1971) est aussi celui qui pratiqua docilement, durant deux décennies, les purges sanglantes ordonnées par Staline, liquida ses rivaux Beria et Malenkov pour mieux se hisser au pouvoir, et réprima férocement les insurrections de Pologne et de Hongrie.Le fils de serf né en Ukraine, qui débuta comme ouvrier métallurgique et souffrit toute sa vie, bien qu’il s’en défendît, de son manque d’éducation, a fait du chemin jusqu’au sommet de la deuxième puissance mondiale. Il est l’exemple le plus achevé de ces simples soldats de l’appareil du parti qui, promus par Staline sur les cadavres de leurs prédécesseurs, dirigeront l’URSS jusqu’à Gorbatchev. Pourtant, comparée à la stagnation de l’époque Brejnev qui lui succédera, l’ère Krouchtchev (1955-1964) s’engage a contrario dans un mouvement de déstanilisation qui touche nombre de secteurs, alors qu’une profonde crise économique, sociale et politique atteint l’URSS. En politique étrangère, Mr K., comme on le surnomme alors, infatigable voyageur, multiplie les gestes de détente mais maintient les « démocraties populaires » dans une étroite subordination à Moscou, déchaînant ainsi les revendications nationales qui feront éclater le bloc soviétique et chuter le mur de Berlin qu’il a fait ériger. Il doit reculer devant Kennedy lors de la fameuse crise des missiles de Cuba et ne peut empêcher la rupture publique avec Mao. Mais en envoyant Gagarine dans l’espace, il hisse l’URSS au premier rang de la conquête spatiale.C’est aussi le seul secrétaire général qui ait laissé d’abondants Mémoires qui, bien que truffés de petits ou gros mensonges, jettent une lumière crue sur la société soviétique de la fin des années 1920 à la fin des années 1960. Jean-Jacques Marie en a relu et traduit scrupuleusement l’édition russe, non expurgée par le KGB, et a exhumé des archives soviétiques partiellement ouvertes nombre de lettres et de procès-verbaux jusque-là inédits. Première biographie écrite en français par un historien sur ce personnage emblématique de la guerre froide, elle nous aide à comprendre les problèmes de la Russie d’aujourd’hui.

Sommaire

  • VERS UN AVENIR MEILLEUR ?
  • UN STALINIEN ZELE.L'ICONOCLASTE
  • LE PRISONNIER
  • LA CHUTE

Caractéristiques

  • Date de parution
    17/03/2010
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-228-90507-7
  • EAN
    9782228905077
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    604 pages
  • Poids
    0.7 Kg
  • Dimensions
    14,0 cm × 22,5 cm × 2,7 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Jean-Jacques Marie

Agrégé de lettres classiques et licencié d’histoire, Jean-Jacques Marie est l’un de nos meilleurs spécialistes de l’Union soviétique et du communisme. Déjà auteur de trois biographies remarquées de Trotsky (Payot, 2006), Lénine (Balland, 2004) et Staline (Fayard, 2001), il a consacré plusieurs ouvrages à la naissance de l’URSS. (L’antisémitisme en Russie de Catherine II à Poutine, Tallandier, 2009 ; Le Dimanche Rouge, Larousse, 2008).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
28,50 €