J'ai voulu voir - Lettres d'Alégrie

Note moyenne 
Gilles Caron fut l’un des plus grands photographes du XXe siècle, ses photos des émeutes de mai 68 sont aujourd’hui connues de tous (notamment celles... Lire la suite
22,50 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 27 janvier et le 29 janvier
En librairie

Résumé

Gilles Caron fut l’un des plus grands photographes du XXe siècle, ses photos des émeutes de mai 68 sont aujourd’hui connues de tous (notamment celles des émeutes de mai 68, la geurre des Six-jours, etc.) Il a immortalisé les stars de l’époque (Brigitte Bardot, Jacques Brel ou François Truffaut) avant de disparaître tragiquement au cours d’un reportage à l’âge de trente ans. En juin 1960, il fut envoyé en Algérie, comme parachutiste au sein du 3e régiment d’infanterie de marine.
Là-bas, il continua d’entretenir une correspondance fournie, commencée dans son enfance, avec sa mère. Tour à tour drôles et sérieuses, légères et inquiètes, ces lettres (environ 300), retrouvées et retranscrites par la femme de Gilles Caron, Marianne Caron Montely, nous dévoilent, avec une intensité bouleversante, la tendresse sans limites qui lie une mère à son fils. Ce dialogue de toute une vie leur est indispensable, à l’un comme à l’autre, et balaie tous les sujets de conversation : des problèmes dentaires de Gilles au référendum du général de Gaulle ; ils discutent de lectures, cinéma, peinture, mais aussi de la vie quotidienne, la famille ou l’appartement que « Mame » prépare pour le retour de Gilles.
Leur sujet principal reste la guerre d’Algérie : les lettres échangées entre 1960 et 1962 apportent un éclairage formidable, précis et vivant sur ce terrible conflit. C’est probablement en Algérie que se sont développés la curiosité de Gilles Caron et son besoin de se trouver au cœur de l’action, qualités déterminantes pour la carrière de photographe qu’il entame à son retour. Gilles veut témoigner pour « se situer dans le monde ».
Dès 1960, au cœur de la tourmente, il écrivait à sa mère : « Je n’arrive pas à comprendre comment je ne suis pas planqué dans un service à Alger. Enfin, oui, je sais, j’ai voulu voir… »

Sommaire

  • "J'AIMERAIS TANT, TANT RENTRER UN PEU AVANT LES VACANCES"
  • "JE SUIS LE PLUS HEUREUX DES VOYAGEURS"
  • "J'AIMERAIS AVOIR DIX ANS DE PLUS"
  • "JE NE PENSE QU'A PARTIR D'ICI"
  • "L'ENDROIT OU IL DOIT FAIRE BON VIVRE EN D'AUTRES TEMPS"
  • "J'AI REVE LA NUIT DERNIERE QUE LA GUERRE ETAIT FINIE"
  • "EN CAGE QUAND MEME
  • EN CAGE, REELLEMENT"
  • "VRAIMENT, ÇA NE ME CONCERNE PLUS"

Caractéristiques

  • Date de parution
    25/01/2012
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-7021-4275-2
  • EAN
    9782702142752
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    392 pages
  • Poids
    0.49 Kg
  • Dimensions
    15,0 cm × 23,0 cm × 3,1 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Gilles Caron

Né à Neuilly le 8 juillet 1939, Gilles Caron a fondé l'agence Gamma avec Raymond Depardon et Hubert Henrotte. Ses reportages ont été régulièrement publiés dans des journaux français tels que Paris-Match ou L'Express, et également à la une de la presse anglo-saxonne, de Lift ou du New York Times. Il disparaît en 1970 au Cambodge, sur la route n° 1 menant au Viêt Nam.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
22,50 €