De la mélancolie du drame baroque au théâtre de la politique moderne - Le tournant de l'Angleterre élisabéthaine vers l'ordre et la synchronisation - Grand Format

Note moyenne 
Cette étude examine les aspects de la souveraineté politique sur la scène élisabéthaine, notamment sur la scène shakespearienne, dans l'Angleterre... Lire la suite
49,00 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 2 février et le 7 février
En librairie

Résumé

Cette étude examine les aspects de la souveraineté politique sur la scène élisabéthaine, notamment sur la scène shakespearienne, dans l'Angleterre du XVIIe siècle. A la lumière des analyses consacrées par Walter Benjamin au drame baroque en 1928, et de la réaction que Carl Schmitt leur a opposée dans Hamlet ou Hécube (1956), elle vise à montrer que Shakespeare met en scène la mortalité des corps politiques et la souveraineté nouvelle de l'intrigant dans le temps terrestre.
Sommé de maîtriser l'art et le tempo de l'intrigue, le Prince ne sait toutefois pas empêcher la décomposition de l'Etat, aussi bien sur la scène théâtrale - comme personnage - que dans l'Angleterre contemporaine - comme représentant officiel de la Dignité et de l'unité du Royaume. En sondant le vertige mélancolique (et sceptique) d'Hamlet, nous interrogeons dès lors le mouvement des institutions civiles vers l'ordre et la synchronisation du commerce entre les individus, le Prince appelant lui-même de ses voeux un autre "corps politique", un autre gouvernement, une autre discipline, une autre écriture du pouvoir.
Le moment pré-hobbesien de la scène élisabéthaine coïncide avec le déchaînement de la mélancolie et du scepticisme baroques, la création théâtrale anticipant de la sorte certains accents et aspects de la révolution puritaine. L'ordre et la synchronisation du commerce entre les individus pourraient bien constituer, du reste, la réponse puritaine - et non pas hobbesienne - à ce "monde à l'envers" qui préoccupe tant les dramaturges et leurs spectateurs.
Irréductible au projet de l'ordre et de la synchronisation dans sa variante puritaine, la scène shakespearienne reflète et réfléchit suffisamment celui-ci pour fournir l'occasion d'interroger ici le déploiement du théâtre de la politique moderne, notamment sa genèse dans la mélancolie.

Caractéristiques

  • Date de parution
    09/01/2019
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-343-16109-9
  • EAN
    9782343161099
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    560 pages
  • Poids
    0.853 Kg
  • Dimensions
    15,5 cm × 24,0 cm × 3,0 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Natacha Israël

Née le 14 septembre 1972 à Saint-Cloud, Natacha Israël a étudié l'économie, le théâtre et la philosophie, entre 1990 et 2014, tout en travaillant dans le domaine de la formation et de la communication en entreprise. Après avoir soutenu à Bruxelles, en 2014, une thèse de philosophie intitulée "Mélancolie, scepticisme et écriture du pouvoir à l'âge baroque", elle a rejoint l'équipe pédagogique et administrative de L'Autre Prépa (enseignement supérieur privé) qui prépare au concours de l'Ecole Nationale de la Magistrature.
Désormais spécialiste de la préparation à l'épreuve de Connaissance et Compréhension du Monde Contemporain, elle poursuit des travaux de recherche en philosophie et littérature, notamment au sein du Mouvement Transitions (revue littéraire et culturelle en ligne), ainsi que des travaux de prospective.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

De la mélancolie du drame baroque au théâtre de la politique moderne - Le tournant de l'Angleterre élisabéthaine vers l'ordre et la synchronisation est également présent dans les rayons

49,00 €