Correspondance littéraire avec le margrave de Bayreuth (1773-1775)

Note moyenne 
Jean-Baptiste-Antoine Suard - Correspondance littéraire avec le margrave de Bayreuth (1773-1775).
Entre janvier 1773 et novembre 1775, le critique littéraire Jean-Baptiste- Antoine Suard envoie une soixantaine de lettres au margrave Christian-Frédéric... Lire la suite
175,00 € Neuf
Expédié sous 2 à 4 semaines
Livré chez vous entre le 9 août et le 24 août
En librairie

Résumé

Entre janvier 1773 et novembre 1775, le critique littéraire Jean-Baptiste- Antoine Suard envoie une soixantaine de lettres au margrave Christian-Frédéric d’Anspach-Bayreuth, neveu de Frédéric II, qui vient de quitter la France. C’est là la première édition critique intégrale de cette correspondance, établie à partir des deux manuscrits connus à ce jour, l’un conservé à la Bibliothèque historique de la ville de Paris, l’autre à la Bibliothèque municipale de Besançon. Sur un plan strictement historique, la correspondance se situe dans une période de transition très houleuse et témoigne du changement de règne. Elle rivalise avec la correspondance de Grimm-Meister et les journaux que le margrave reçoit aussi. Elle permet donc de saisir, à la manière d’un exemple, ce que sont les réseaux de communication et d’information de l’époque, leur fonctionnement, les enjeux politiques et littéraires qui les sous-tendent. D’un point de vue littéraire, elle s’interprète à la fois comme le reflet de goûts personnels dominés par une rhétorique de la convenance et comme une vulgate critique où la subjectivité s’exprime aussi parfois avec une verve singulière. Elle recèle certaines pièces inédites qui ne sont pas sans valeur pour l’histoire des textes et donne connaissance du Salon de 1773 qui manque à ceux de Diderot, alors en Russie. Travaillée par une tension entre un mode critique, parfois même polémique, et un mode ludique qui n’exclut pas quelque familiarité, elle s’appréhende comme un modèle du genre dont la poétique est plus aisément analysable que celle de correspondances du même genre, mais beaucoup plus longues. À vrai dire, elle offre un cas d’étude tout à fait remarquable pour définir avec quelque rigueur la poétique de ce genre particulier de journalisme. C’est la raison pour laquelle une étude littéraire définissant notamment les enjeux socio-critiques de la correspondance et sa pragmatique précède le texte. À noter enfin l’originalité du travail éditorial qui a tenu compte de la spécificité générique de l’o euvre : outre les traditionnelles notes d’érudition et d’établissement du texte, l’éditeur a proposé sur les sujets traités par Suard de longs passages tirés de quelques autres ouvrages critiques, manuscrits et imprimés, représentatifs de l’époque. Ainsi, le lecteur sera-t-il à même de se faire, au fil des lettres, une idée précise des enjeux esthétiques et critiques qui président à l’écriture de la correspondance.

Caractéristiques

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Jean-Baptiste-Antoine Suard

Spécialiste des Lumières, Éric Francalanza est professeur à l’Université Michel de Bretagne occidentale. Il a déjà publié une monographie sur Suard (Suard, journaliste des Lumières, Champion, 2002), divers travaux sur les questions littéraires de l’époque (Le Préromantisme, Une esthétique du décalage, Eurédit, 2006), un ouvrage sur le Dictionnaire philosophique (Voltaire patriarche militant, PUF, 2008) et plusieurs recueils et articles sur les rapports entre littérature et société.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
175,00 €