Connaissance des Pères de l'Eglise n° 78 juin 2000 : Rome

Collectif

Note moyenne 
 Collectif - .
Reconnais, ô chrétien, ta dignité, et, après avoir été fait participant de la nature divine, ne va pas retourner, par un comportement indigne de... Lire la suite
8,50 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 14 décembre et le 18 décembre
En librairie

Résumé

Reconnais, ô chrétien, ta dignité, et, après avoir été fait participant de la nature divine, ne va pas retourner, par un comportement indigne de ta race, à ta première bassesse. Souviens-toi de quelle tête et de quel corps tu es membre. Rappelle-toi qu'arraché à l'empire des ténèbres tu as été transféré dans le royaume de Dieu et dans sa lumière. Par le sacrement du baptême, tu es devenu le temple de l'Esprit Saint [...]. Celui qui, dans sa condition de Dieu, a fait l'homme, dans sa condition de serviteur, a été fait homme ; mais l'un avec l'autre est Dieu par la puissance de la nature qui assume, l'un avec l'autre est l'homme par l'humanité de la nature assumée. Chaque nature, en effet, garde ce qui lui est propre sans diminution : comme la condition de Dieu ne supprime pas la condition de serviteur, ainsi la condition de serviteur n'amoindrit pas la condition de Dieu. C'est pourquoi le mystère de l'union de la force avec la faiblesse permet bien, eu égard à cette nature humaine, de dire le Fils inférieur au Père, mais la divinité qui est une dans la Trinité du Père, du Fils et de l'Esprit Saint, exclut toute idée d'inégalité. Là, en effet, l'éternité n'a rien qui relève du temps, la nature rien qui crée des dissemblances ; là règne une unique volonté, une même substance, une égale puissance, et il n'y a pus trois dieux, mais un seul Dieu ; car l'unité est vraie et indissoluble là où ne peut exister aucune diversité. Un vrai Dieu est donc né dans la nature complète et parfaite d'un vrai homme, tout entier dans ce qui lui appartient, tout entier dans ce qui est à nous. Nous disons " à nous " ce que le Créateur a mis en nous dès l'origine et qu'il a pris pour le réparer [...]. Il a assumé la condition du serviteur sans la souillure du péché ; en élevant l'humanité, il n'a pas amoindri la divinité : car cet anéantissement par lequel lui l'invisible s'est rendu visible, fut abaissement de sa miséricorde, non démission de sa puissance. S. LÉON LE GRAND, Sermons I et III pour Noël, SC 22 bis, pp. 73-75 ; 99-101.

Sommaire

    • L'importance de l'Eglise de Rome au début du christianisme (du Ier au IIIe siècle)
    • Les listes des premiers évêques de Rome
    • Les fouilles " in Vaticano "
    • Bilan et enjeux d'un demi-siècle de débats
    • L'apôtre Pierre, vénéré par les fidèles, modèle pour ses successeurs (d'après les inscriptions paléochrétiennes de la Basilique constantinienne de Saint-Pierre au Vatican)
    • Présentation de la prosopographie de l'Italie chrétienne
    • Actualité des Pères de l'Eglise.

Caractéristiques

  • Date de parution
    14/06/2000
  • Editeur
  • ISBN
    3260050289870
  • EAN
    3260050289870
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    64 pages
  • Poids
    0.12 Kg
  • Dimensions
    15,6 cm × 24,1 cm × 0,6 cm

Avis libraires et clients

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Connaissance des Pères de l'Eglise n° 78 juin 2000 : Rome est également présent dans les rayons

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
8,50 €