Blaise Cendrars ou la passion de l'écriture - Grand Format

Note moyenne 
Si tout tourne chez Cendrars, c'est autour de l'écriture. Elle est son obsession, sa manie, sa monomanie. Mais il la subit comme une vraie possession.... Lire la suite
20,00 € Neuf
Expédié sous 4 à 8 jours
Livré chez vous entre le 9 décembre et le 12 décembre
En librairie

Résumé

Si tout tourne chez Cendrars, c'est autour de l'écriture. Elle est son obsession, sa manie, sa monomanie. Mais il la subit comme une vraie possession. A la différence d'Apollinaire pour qui "écrire était une fête", pour Cendrars, possédé du "Démon de l'écriture", écrire c'est maudire. L'écriture n'est pas sa passion, mais sa Passion, Passion douloureusement satanique, corrélative qu'elle est de la crucifixion désespérée d'un "foudroiement".
"L'Homme qui écrit" ne peut être qu'un homme foudroyé, symboliquement mutilé dès avant la mutilation "réelle" qui l'engagera encore plus avant sur le chemin du calvaire sans fin de l'écriture, à laquelle il se découvre condamné par son impuissance à "aller jusqu'au bout". Aussi l'écriture, parce qu'elle ne saurait être une fête, ne cessera-t-elle d'être une question pour Cendrars, question angoissante et fascinante, qu'il poursuivra ou qui le poursuivra tout au long de son oeuvre romanesque, où elle se fait de plus en plus pressante, de plus en plus envahissante, en même temps que l'homme qui écrit s'avance peu à peu sur le devant du plateau qu'il finit par occuper tout entier à lui seul.
Frappante est en effet chez Cendrars cette constante mise en scène de soi écrivant, de l'acte, du geste d'écrire, de ses outils et de son décor, qui devrait au moins rappeler au lecteur que ce qu'il est en train de lire est écrit par un homme qui écrit. Mais il semble que toujours on veuille écarter cet homme-là, que personne n'ait jamais souhaité lire le texte de Cendrars ou Cendrars comme un texte : comme une écriture qui ne serait pas la transcription d'une "vérité" antérieure et extérieure, mais l'élaboration d'un sens toujours différé dans le procès infini de la métaphore.
Et pourtant, dans ses romans mêmes et dans les commentaires qu'il en donna au hasard des enquêtes et des interviews, Cendrars s'efforce constamment de ramener son lecteur sur la piste de l'écriture. Il ne pense son oeuvre, et celle des autres, qu'en termes de langage, non de message.

Caractéristiques

  • Date de parution
    12/02/1990
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-8251-2911-9
  • EAN
    9782825129111
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    372 pages
  • Poids
    0.615 Kg
  • Dimensions
    15,5 cm × 23,0 cm × 3,2 cm

Avis libraires et clients

L'éditeur en parle

Dans cette importante étude, Yvette Bozon-Scalzitti nous convainc que Cendrars est, dans ses récits, un remarquable tisseur de texte et non pas un collectionneur bavard d'anecdotes "vécues". Elle invite plutôt le lecteur à chercher le fil secret du texte, sans pour autant bloquer l'ouverture dynamique du récit et montrer que l'apparente improvisation dénote plus de nécessité que de hasard et que les digressions mêmes ne sont pas vraiment digressives, que chaque fragment, chaque séquence, forme une chaîne si bien nouée que "le microcosme se mire dans le macrocosme et, dans un mouvement contraire, le macrocosme dans le microcosme."

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
20,00 €