Architectures du bien commun - Pour une éthique de la préservation - Grand Format

Note moyenne 
Défendre une architecture du bien commun signifie interroger l'objet architectural en privilégiant les conditions sociales de son édification, l'usage,... Lire la suite
20,00 € Neuf
Expédié sous 5 à 9 jours
Livré chez vous entre le 3 février et le 8 février
En librairie

Résumé

Défendre une architecture du bien commun signifie interroger l'objet architectural en privilégiant les conditions sociales de son édification, l'usage, l'attachement aux lieux ou encore les pratiques spatiales qui lui sont spécifiques. A ce titre, les communautés de l'Atlas et du Sahara marocains représentent une source d'inspiration pour une réflexion sur la durabilité des constructions contemporaines.
Dans les oasis ou encore les greniers collectifs, incarnations du bien commun, c'est le savoir-faire de solidarités historiques qui se manifeste. Témoin de la capacité humaine à constituer un environnement viable malgré des contraintes climatiques extrêmes, l'architecture y est pensée tel un objet intégré à son environnement, où se lient étroitement agriculture et construction autour de la pierre, de la terre et des végétaux les plus résistants.
En s'appuyant sur de multiples expériences de chantier menées au Maroc, et largement relatées dans cet ouvrage, Salima Naji montre qu'il est possible de dépasser la pure esthétique de l'héritage, qui oppose tradition et modernité de façon stérile, afin d'interroger plutôt son capital de résilience : une dynamique constante d'adaptation qu'il faut réactiver pour sortir des logiques globales et nocives, dont l'omniprésence actuelle du béton est l'expression la plus évidente.
Comme le travail de l'auteur le prouve, il est possible, en multipliant les projets intégratifs et participatifs, de réinvestir les techniques dites "vernaculaires" en recréant des filières constructives au profit d'un véritable développement soutenable.

Caractéristiques

  • Date de parution
    22/11/2019
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-940563-59-3
  • EAN
    9782940563593
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    240 pages
  • Poids
    0.34 Kg
  • Dimensions
    14,2 cm × 19,1 cm × 1,8 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Salima Naji

Architecte DPLG (Ecole nationale supérieure d'architecture de Paris-La-Villette) et docteur en anthropologie sociale (Ecole des hautes études en sciences sociales à Paris), Salima Naji est engagée dans de nombreux projets de protection du patrimoine oasien. Elle fonde son agence au Maroc en 2004 afin de proposer une alternative constructive privilégiant les technologies des matériaux premiers et biosourcés dans une démarche d'innovation respectueuse de l'environnement.
Sa pratique est doublée d'une activité scientifique dans de nombreux programmes de recherche-action internationaux qui interrogent la durabilité et la relation profonde entre les sociétés et leur environnement. Elle est membre du comité scientifique du Musée berbère du Jardin Majorelle depuis sa création en 2011 et développe une importante réflexion sur la médiation culturelle et la transmission du patrimoine.
Chevalier des Arts et des Lettres (2017), elle a publié de nombreux ouvrages d'architecture, parmi lesquels Art et architectures berbères (2001), Portes du Sud marocain (2003), Greniers collectifs de l'Atlas (2006) ou encore Le Ksar d'Assa. Sauvegarde d'un port du Maroc saharien (2013).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
20,00 €