Une femme - E-book - MP3

Note moyenne 
Annie Ernaux s'efforce ici de retrouver les différents visages et la vie de sa mère, morte le 7 avril 1986, au terme d'une maladie qui avait détruit... Lire la suite
11,99 € E-book - MP3
  • Poche
    • Une femme
      Paru le : 13/06/2007
      En stock
      6,90 €
    • Une femme
      Paru le : 05/03/2002
      Actuellement indisponible
      8,80 €
  • Ebook
    • Une femme
      ePub
      Paru le : 05/10/2011
      Téléchargement immédiat
      6,49 €
Vous pouvez lire cet ebook sur les supports de lecture suivants :
Téléchargement immédiat
Dès validation de votre commande
Offrir maintenant
Ou planifier dans votre panier

Résumé

Annie Ernaux s'efforce ici de retrouver les différents visages et la vie de sa mère, morte le 7 avril 1986, au terme d'une maladie qui avait détruit sa mémoire et son intégrité intellectuelle et physique. Elle, si active, si ouverte au monde. Quête de l'existence d'une femme, ouvrière, puis commerçante anxieuse de « tenir son rang » et d'apprendre. Mise au jour, aussi, de l'évolution et de l'ambivalence des sentiments d'une fille pour sa mère : amour, haine, tendresse, culpabilité, et, pour finir, attachement viscéral à la vieille femme diminuée. « Je n'entendrai plus sa voix...
J'ai perdu le dernier lien avec le monde dont je suis issue. »

Caractéristiques

  • Caractéristiques du format MP3
    • Taille
      201 595 Ko
    • Protection num.
      pas de protection

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Annie Ernaux

Biographie d'Annie Ernaux

Née le 1er septembre 1940 à Lillebonne, en Seine-Maritime, Annie Ernaux a grandi à Yvetot, en Normandie, où ses parents tenaient un café-épicerie. Issue d'un milieu modeste, elle poursuit cependant des études supérieures et devient agrégée de lettres. Elle enseignera à Annecy, puis au Centre National d'Enseignement à Distance. Son premier roman, Les armoires vides (1974), met en scène Denise Lesur, sorte de double de l'auteur, héroïne confrontée à un avortement.
En 1984 elle obtient le prix Renaudot pour La place, où elle revient sur la vie de son père. Annie Ernaux renonce très rapidement à la fiction pour s'attacher à l'autofiction, son écriture étant marquée par la présence du « Je ». Ainsi, elle évoquera son adolescence dans Ce qu'ils disent ou rien (1977), son mariage dans La femme gelée (1981), sa mère dans Une femme (1988) et la maladie d'Alzheimer de celle-ci dans Je ne suis pas sortie de ma nuit (1997), ses parents dans La honte (1997), l'attente amoureuse dans Passion simple (1992), son avortement dans L'événement (2000) (suite des Armoires vides ), la jalousie d'une femme dans L'occupation (2002), son cancer dans L'usage de la photo (2005).
Une partie de son ouvre est marquée par le clivage entre le milieu modeste et populaire dans lequel elle a grandi et le milieu bourgeois, "socialement supérieur" : "Pour moi écrire est profondément lié à ma situation sociale en tant qu'individu". Ses ouvrages parlent aussi du féminin, sous l'angle de la sexualité et de l'intime. Née le 1er septembre 1940 à Lillebonne, en Seine-Maritime, Annie Ernaux a grandi à Yvetot, en Normandie, où ses parents tenaient un café-épicerie.
Issue d'un milieu modeste, elle poursuit cependant des études supérieures et devient agrégée de lettres. Elle enseignera à Annecy, puis au Centre National d'Enseignement à Distance. Son premier roman, Les armoires vides (1974), met en scène Denise Lesur, sorte de double de l'auteur, héroïne confrontée à un avortement. En 1984 elle obtient le prix Renaudot pour La place, où elle revient sur la vie de son père.
Annie Ernaux renonce très rapidement à la fiction pour s'attacher à l'autofiction, son écriture étant marquée par la présence du « Je ». Ainsi, elle évoquera son adolescence dans Ce qu'ils disent ou rien (1977), son mariage dans La femme gelée (1981), sa mère dans Une femme (1988) et la maladie d'Alzheimer de celle-ci dans Je ne suis pas sortie de ma nuit (1997), ses parents dans La honte (1997), l'attente amoureuse dans Passion simple (1992), son avortement dans L'événement (2000) (suite des Armoires vides ), la jalousie d'une femme dans L'occupation (2002), son cancer dans L'usage de la photo (2005).
Une partie de son ouvre est marquée par le clivage entre le milieu modeste et populaire dans lequel elle a grandi et le milieu bourgeois, "socialement supérieur" : "Pour moi écrire est profondément lié à ma situation sociale en tant qu'individu". Ses ouvrages parlent aussi du féminin, sous l'angle de la sexualité et de l'intime.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
11,99 €