Quand la radio s'appelait "Tour Eiffel" - E-book - ePub

Note moyenne 
En quête des « ancêtres » de la Radio, Pierre Descaves s'est arrêté à ces « pionniers », il s'agit de la première équipe qui, entre les... Lire la suite
7,99 € E-book - ePub
Vous pouvez lire cet ebook sur les supports de lecture suivants :
Téléchargement immédiat
Dès validation de votre commande
Offrir maintenant
Ou planifier dans votre panier

Résumé

En quête des « ancêtres » de la Radio, Pierre Descaves s'est arrêté à ces « pionniers », il s'agit de la première équipe qui, entre les années 1924-1927, rédigea le premier journal par « Téhessef », c'est-à-dire le Journal parlé. A ces véritables découvreurs des ondes, l'autorité militaire avait concédé, fin 1923, sous le pilier Nord de la Tour Eiffel un local, promu « studio », un assez minable débarras, baptisé « La Guitoune » par les collaborateurs de Maurice Privat et où bientôt se pressa un Tout-Paris, plus curieux que convaincu.
A ses propres Souvenirs, Pierre Descaves s'est réservé une place dans la collection qu'il dirige à La Table Ronde : « Quelques pas en arrière ». Leur titre : Quand la Radio s'appelait « Tour Eiffel » en limite la durée, et restitue avec pittoresque le personnel... et les clients (les futurs « chers z'auditeurs ») de cette forme jusque-là inédite d'information et de commentaires. Avec une exubérance toute méridionale, Maurice Privat animait cette équipe.
Personnage étonnant, de courtaude nature, et très vif-argent, toujours en avance d'une idée et à la traîne d'un paiement, et que le mémorialiste évoque avec sympathie. Un jour Pierre Descaves lui disait : « Privât, tu ressembles à Balzac », l'autre de répondre : « Oui... J'ai toutes ses dettes ». En guise de mise au point, le moment est venu de rendre hommage à ce « pionnier », surtout lorsque d'abusifs usurpateurs réclament la gloire de sa « découverte ».
Quand la Radio s'appelait « Tour Eiffel » : livre bouillonnant de vie et d'anecdotes : Cet Académicien qui ne pouvait pas parler devant le micro sans avoir sucé des boules de gomme ; l'interview du chien de l'assassin ; le fameux « cours des cuirs ». Autant d'évocations pleines d'humour qui font revivre la « belle époque » de la Radio, cette tisseuse d'ondes, quand elle osait balbutier son nom.

Caractéristiques

  • Caractéristiques du format ePub
    • Pages
      232
    • Taille
      522 Ko
    • Protection num.
      Digital Watermarking

Avis libraires et clients

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Quand la radio s'appelait "Tour Eiffel" est également présent dans les rayons

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
7,99 €