Les Tuniques Bleues Tome 1 - E-book - Epub fixed layout

Un chariot dans l'Ouest

Note moyenne 
Raoul Cauvin et Louis Salvérius - Les Tuniques Bleues Tome 1 : Un chariot dans l'Ouest.
Le gros, c'est Cornélius Chesterfield, sergent zélé et discipliné de l'armée du Nord des Etats-Unis. Le petit, c'est Blutch, un malin râleur et... Lire la suite
6,99 € E-book - Epub fixed layout
Vous pouvez lire cet ebook sur les supports de lecture suivants :
Téléchargement immédiat
Dès validation de votre commande
Offrir maintenant
Ou planifier dans votre panier

Résumé

Le gros, c'est Cornélius Chesterfield, sergent zélé et discipliné de l'armée du Nord des Etats-Unis. Le petit, c'est Blutch, un malin râleur et désabusé qui ne rêve que de déserter. Pris dans les affres de la Guerre de Sécession, ces deux-là font ce qu'ils peuvent pour échapper aux ennuis que leur valent des chefs bornés, des ordres aberrants et un destin décidément contraire... À travers des histoires pleines de rire et d'action, Lambil et Cauvin nous offrent une critique acerbe des absurdités de la guerre et du militarisme obtus.

Caractéristiques

  • Date de parution
    26/03/2010
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-8001-8769-3
  • EAN
    9782800187693
  • Format
    Epub fixed layout
  • Nb. de pages
    48 pages
  • Caractéristiques du format Epub fixed layout
    • Pages
      48
    • Taille
      39 946 Ko
    • Protection num.
      Digital Watermarking

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

" Le divan, c'est mon outil de travail. Dans presque toutes les pièces de la maison, il y en un, ou quelque chose qui lui ressemble ". Raoul Cauvin, scénariste aux mille et une histoires, l'avoue humblement : il ne peut réfléchir correctement que lorsqu'il est allongé. Il ajoute : " D'ailleurs, je vous défie de penser les yeux ouverts ! ". Né à Antoing en 1938, Cauvin est l'une des rares personnes à avoir suivi pendant 5 ans des études de lithographie publicitaire à l'Institut Saint-Luc de Tournai, pour découvrir finalement, en entrant dans la vie active, que cette profession n'existait plus ! Suivent toute une série de petits métiers et notamment un emploi dans une usine de boules de billard.
C'est là que lui naquit une véritable passion pour le billard. Actuellement encore, il ne dédaigne pas retrouver les boules et le tapis vert. Qui sait si ces boules rouges et blanches, en s'entrechoquant, ne stimulent pas son imagination ? Il rentre en 1960 aux Editions Dupuis comme... lettreur (passage obligé s'il en est), puis devient rapidement caméraman au département dessins animés où il restera 7 ans.
Durant ces années qu'il se découvre une autre passion : le scénario. C'est Charles Dupuis lui-même qui lui offre sa chance. Tout à fait à ses débuts, il travaille avec une jeune dessinatrice : Claire Brétécher ! Leur collaboration donne naissance à une série intitulée " Les Naufragés ". 1969 est l'année clef. Cauvin crée " Les Tuniques Bleues " pour Salvé, une bande dessinée d'humour sur fond de guerre de Sécession.
A la mort du dessinateur, il la propose à Lambil. Puis " Sammy ", pour le dessinateur Berck, une série mettant en scène deux " gorilles " dans le Chicago de la prohibition. Puis ce sont " Les Mousquetaires " avec Mazel. La machine à scénario est en route... Pour preuve, la création successive des " Femmes en blanc " avec Bercovici, " L'Agent 212 " avec Kox, " Les Voraces " avec Glem, " Pierre Tombal " avec Hardy, " Pauvre Lampil " avec Lampil, " Cédric " avec Laudec, " Cupidon " avec Malik, " Les Psy " avec Bédu, " Les Paparazzi " avec Mazel, " Taxi-girl " avec Laudec, etc...
Cauvin adore chasser les idées comme d'autres les papillons, et comme il le dit lui-même, pourvu que ça dure... "Le divan, c'est mon outil de travail. Dans presque toutes les pièces de la maison il y en un, ou quelque chose qui lui ressemble." Raoul Cauvin, scénariste aux mille et une histoires, l'avoue humblement : il ne peut réfléchir correctement que lorsqu'il est allongé. Il ajoute : "D'ailleurs, je vous défie de penser les yeux ouverts !"_x005F_x000D_ _x005F_x000D_ Né à Antoing le 26 septembre 1938, Cauvin est l'une des rares personnes à avoir suivi pendant cinq ans des études de lithographie publicitaire à l'Institut Saint-Luc de Tournai, pour découvrir en entrant dans la vie active que cette profession n'existait plus ! Suivent toute une série de petits métiers et notamment un emploi dans une usine de boules de billard, qui lui développe une véritable passion pour ce jeu sur tapis vert où l'on ne mise guère plus qu'une tournée générale._x005F_x000D_ _x005F_x000D_ Il entre en 1960 aux Éditions Dupuis comme...
lettreur (passage obligé s'il en est), puis devient rapidement caméraman au département dessins animés où il restera 7 ans. Durant ces années, il se découvre une autre passion : le scénario. C'est Charles Dupuis lui-même qui lui offre sa chance. Cauvin fait ses premières armes avec des collaborateurs internes de la Maison : Ryssack ("Arthur et Léopold"), Gennaux ("L'Homme aux phylactères", "Loryfiand et Chifmol"), Degotte, Carlos Roque et Vittorio.
A ses débuts, il travaille avec une jeune dessinatrice parisienne : Claire Bretécher ! Leur collaboration donne naissance à une série intitulée "Les Naufragés"._x005F_x000D_ _x005F_x000D_ 1968 est l'année clef. Cauvin et Salvérius lancent leur propre western : "Les Tuniques Bleues", une bande dessinée d'humour sur fond de guerre de Sécession. A la mort du dessinateur, il propose la reprise de la série à Lambil qui la développera jusqu'aux hautes altitudes des best-sellers.
Cette saga dépasse les quinze millions d'exemplaires vendus en français et fait l'objet d'innombrables traductions à travers l'Europe._x005F_x000D_ _x005F_x000D_ Toujours responsable de la vieille machine Rank tirant les copies et travaux d'agrandissement ou de réduction pour les rédactions et les auteurs de passage, Cauvin est désormais au centre de la toile et, grâce à sa renommée grandissante, il se voit sollicité par tous les dessinateurs à court de scénario._x005F_x000D_ _x005F_x000D_ Une série de succès s'amorce avec Berck ("Sammy" et "Lou"), Mazel ("Caline et Calebasse", puis "Boulouloum et Guiliguili" et "Les Paparazzi"), Macherot ("Mirliton"), Walthéry ("Le Vieux bleu"), Counhaye ("Les Naufragés de l'espace"), Lambil ("Pauvre Lampil"), Kox ("L'Agent 212"), Sandron ("Godasse et Godaille"), Bercovici ("Les Grandes Amours contrariées"), Nic ("Spirou et Fantasio"), Carpentier ("Les Toyottes"), etc.
En parallèle, il écrit des scénarios pour les personnages de dessins animés de la Maison ("Musti", Tip et Tap", "Les Pilis") et leurs produits dérivés._x005F_x000D_ _x005F_x000D_ S'il excelle dans l'aventure humoristique pour tous les publics et toutes les formes du gag visuel, il évolue dans les années 80 vers des productions plus incisives, proches souvent de l'humour noir et de la parodie délirante.
Ainsi le veut sa nouvelle vague de dessinateurs : Bercovici ("Les Femmes en Blanc"), Hardy ("Pierre Tombal"), Glem ("Les Voraces"), Laudec ("Cédric" et "Taxi-girl"), Malik ("Cupidon"), Bédu ("Les Psy"), Carpentier ("L'Année de la bière", puis "Du côté de chez Poje"), Jean-Pol (la reprise de "Sammy" après le départ en retraite de Berck), etc._x005F_x000D_ _x005F_x000D_ Rares sont les échecs : son imagination, la qualité de ses dialogues et le métier mis dans ses découpages qu'il livre complets à ses auteurs représentent une véritable mine d'or.
Le grand public est assuré de toujours trouver sous sa signature un album populaire et agréable à lire. C'est un don et il est extraordinaire qu'il puisse l'exercer sur autant de séries parallèles, le contraignant à fournir la matière d'une bonne quinzaine de volumes par année, sans jamais la moindre baisse de régime!_x005F_x000D_ _x005F_x000D_ Cauvin adore chasser les idées comme d'autres les papillons, et comme il le dit lui-même, pourvu que ça dure... Né à Soignies en 1935, Louis Salvérius, dit Salvé, est engagé à vingt et un ans au bureau de dessin des Éditions Dupuis, peu après son service militaire.
Ses premières illustrations, fort techniques, paraîtront dans RISQUE-TOUT en 1956, mais son travail est généralement moins gratifiant : des lettrages pour l'édition néerlandaise de SPIROU, des grilles de mots croisés, des petits croquis anonymes d'animation, puis le remontage et le prolongement de dessins pour l'adaptation en "Gag de Poche" des héros de la Maison. Il décroche en 1959 la réalisation d'une publi-B.
D. pour la boisson Cécémel et ébauche ses premières créations personnelles dans les mini-récits, ces suppléments à l'hebdomadaire servant de banc d'essai aux débutants. L'Ouest américain le fascine et domine ses premiers mini-livres : "La Loi du scalp" (sur scénario de Delporte en 1959), "Histoire d'Indiens' (écrite par Maurice Rosy), des animations pour "Les Indiens du Sud-Ouest". Après des essais de collaboration dans la mini-bibliothèque avec Serge Gennaux ("Umberto Solferino" en 1963) et Bob De Groot ("L'Homme moyen"), c'est Jacques Devos qui va lui imaginer ses premiers personnages récurrents de western parodique : "Tim et Tom", deux jumeaux impécunieux parcourant le Far West. Lorsque Salvé est jugé graphiquement mûr pour placer des planches à un format normal dans SPIROU, c'est encore Devos qui lui imaginera, de 1963 à 1968, une soixantaine de gags de "Whamoka et Whikilowat", deux Peaux-Rouges qui apparaîtront en 1966 dans des ouvrages illustrés de la collection "Carrousel" ("Une Journée chez les Indiens" et "La Légende du désert", avec la collaboration de Jamic pour les décors). Paul Deliège prend la suite de Devos en lui écrivant les scénarios d'une huitaine de mini-récits mettant en scène la tribu des Nez-Cassés et le malchanceux "Petit Cactus", de 1968 à 1969.
Un projet de grand récit est en chantier lorsque l'horizon se dégage et permet à l'artiste d'envisager du vrai western en lieu et place de ses fantaisies indianistes. "Lucky Luke" a quitté le journal et la place est à prendre. Un jeune scénariste encore inconnu, employé au labo photographique des éditions, lui propose un thème de série qui est parfaitement dans ses cordes : "Les Tuniques Bleues". Séduit par l'idée de Raoul Cauvin, Salvérius crée les personnages sur le plan graphique.
Ils se rodent dès 1968 dans des gags et de courts récits complets, puis abordent enfin les prestigieuses séries à suivre. L'antagonisme des héros et une spirituelle dénonciation du militarisme à tous crins vont développer une véritable dynamique du succès qui, rapidement, hisse la série parmi les vedettes de l'hebdomadaire. Séduit par cette nouveauté, l'éditeur Charles Dupuis convainc Salvérius de quitter l'assurance tranquille de son statut d'employé au bureau de dessin pour se consacrer totalement à cette production.
Il lui garantit même de le reprendre à sa fonction au cas, bien improbable déjà, où ces créations ne rencontreraient pas l'adhésion du public. Louis Salvérius va se donner à fond pour relever la gageure. À trente-huit ans, le 22 mai 1972, la mort le foudroie à la planche 36 du quatrième grand épisode animé par ses créatures, "Les Outlaws". Lambil acceptera de conclure cette aventure, puis de reprendre les personnages. Peu expansif, d'une grande rigueur professionnelle, toujours perfectionniste, Salvé a tracé le sillon que poursuivent ses amis Lambil et Cauvin.
Ses cavaliers de l'Ouest américain font désormais partie de la légende.

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
6,99 €