L'éthique de la dette

  • Presses universitaires de France (réédition numéri

  • Paru le : 25/09/2015
Note moyenne : |
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
Donnez votre avis !
Parler d'une éthique de la dette, identifier la vie éthique à un rapport créancier-débiteur ne va pas de soi. C'est, en effet, remettre en question... > Lire la suite
9,99 €
E-book - ePub
Vérifier la compatibilité avec vos supports
  • E-book À partir de 9,99 €
    • PDF 9,99 €
Votre note
Parler d'une éthique de la dette, identifier la vie éthique à un rapport créancier-débiteur ne va pas de soi. C'est, en effet, remettre en question la part du devoir et du don dans les relations morales. Or, la vie éthique est traditionnellement comprise en termes de devoir et de don. Elle se fonde sur l'autonomie du sujet, la suffisance de ses ressources intérieures et la présence de la gratuité dans les rapports humains.
Toute une éthique s'est ainsi constituée dans un effacement de la dette afin d'éviter à tout prix les problèmes d'héritage et de filiation qui compromettent la souveraineté et la divinité de l'homme. Cependant, l'opposition entre la dette et le devoir, entre la dette et le don, est réductrice d'un point de vue éthique car elle maintient un clivage schématique entre utilitarisme et idéalisme, une conception marchande et une conception désintéressée des rapports humains.
La notion de dette inscrit, certes, la vie éthique dans l'ordre de l'économie de l'échange, dans la mesure où elle implique une certaine comptabilité et l'exigence d'un retour. Cependant, la dette n'est pas nécessairement un simple mode différé de l'échange. De façon plus essentielle, la dette est indissociable de la question de l'origine. Poser la question Qu'avons-nous reçu ?, voire même pour reprendre l'interrogation de saint Augustin Qu'avons-nous que nous n'ayons point reçu ?, c'est reconnaître que l'homme n'est pas l'auteur de son existence et ne peut se rendre seul créateur de lui-même.
La dette révèle ainsi, à l'origine, un rapport asymétrique, une structure de dépendance qui permet l'émergence de la subjectivité. L'éthique de la dette est une éthique de la finitude. Elle réfute la prétention de la subjectivité à être parfaite suffisance à soi et prend en compte la précarité de la condition humaine.
  • Caractéristiques du format ePub
    • Pages : 240
    • Taille : 256 Ko
    • Protection num. : Digital Watermarking

Nos avis clients sur decitre.fr


Avis Trustpilot

L'éthique de la dette est également présent dans les rayons

Nathalie Sarthou-Lajus - L'éthique de la dette.
L'éthique de la dette
9,99 €
Haut de page
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK