Black Squaw - Tome 2 - Scarface - E-book - Epub fixed layout

Note moyenne 
 Yann et  Henriet - Black Squaw - Tome 2 - Scarface.
Sur le front d'Argonne, pendant les combats de la Somme, un avion se pose en urgence au milieu du no man's land entre les tranchées. C'est celui d'une... Lire la suite
8,99 € E-book - Epub fixed layout
Vous pouvez lire cet ebook sur les supports de lecture suivants :
Téléchargement immédiat
Dès validation de votre commande
Offrir maintenant
Ou planifier dans votre panier

Résumé

Sur le front d'Argonne, pendant les combats de la Somme, un avion se pose en urgence au milieu du no man's land entre les tranchées. C'est celui d'une « hirondelle noire de la mort », Eugène Bullard, un pilote afro-américain au service de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Un héros modèle pour l'aviatrice Bessie, jeune Américaine à peau noire que son père cherokee a surnommé « Asdayagoga » : « Corneille obstinée ».
À l'heure de la ségrégation aux États-Unis, la jeune femme née au Texas se met au service d'Al Capone dont elle pilote les avions, faisant la contrebande d'alcool pendant la prohibition, pour lui permettre de financer sa passion : voler ! Entre les attaques du Ku Klux Klan et la rivalité des bootleggers, l'indomptable Bessie va devoir affronter bien des obstacles !

Caractéristiques

  • Date de parution
    14/05/2021
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    979-10-347-6137-1
  • EAN
    9791034761371
  • Format
    Epub fixed layout
  • Caractéristiques du format Epub fixed layout
    • Taille
      41 615 Ko
    • Protection num.
      Digital Watermarking

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

Véritable homme-orchestre du scénario, Yann est insaisissable. Drôle, cynique, féroce, romantique à l'occasion, féru d'Histoire, curieux de tout, il écrit, de préférence au vitriol, des récits toujours originaux, abondant en péripéties et reposant sur une vaste culture et un savoir parfaitement documenté. Amateur invétéré du bon mot, il enrichit de savoureux dialogues chacune de ses créations. Né à Marseille le 25 mai 1954, ce Breton désormais installé à Bruxelles a goûté tout jeune aux joies de la publicité et de l'architecture avant de sombrer dans la BD en réalisant seul quelques "Cartes Blanches" de l'élève Balac pour le journal de Spirou en 1974. Après un bref passage dans Curiosity Magazine, son association avec Conrad va secouer la vénérable maison de Marcinelle à partir de 1978.
S'ils réussissent encore à masquer leur caractère révolutionnaire en illustrant "Jason" sur un scénario de Mythic, les deux redoutables compères mettent à profit leurs séjours dans les combles de la Maison de Spirou pour étudier durant la nuit les planches apportées par leurs confrères et imaginer des "hauts de page" d'animation particulièrement critiques à l'égard de leurs aînés et de tout ce qui passe à proximité. Attendus au tournant, ils attaquent leur première grande série d'aventure en imposant des personnages aux antipodes de la bande dessinée traditionnelle, les "Innommables", trio déjanté qui trouvera finalement refuge dans le catalogue de Dargaud. Ils mettent ensuite à mal le mythe de Bob Morane en réalisant deux albums de "Bob Marone" chez Glénat avant de se séparer pour poursuivre chacun de leur côté une oeuvre renouvelant le neuvième art. S'il s'offre parfois encore le plaisir de crayonner certains scénarios ou séquences de récit pour ses illustrateurs, Yann comprend rapidement que le dessin ne permet pas la réalisation rapide de toutes les idées qui bouillonnent en lui.
Soucieux d'investir tous les éditeurs du marché avec de multiples séries, il abandonne résolument la partie graphique et se tourne vers l'écriture pour une véritable armée de dessinateurs. On le verra ainsi apporter son punch à Frank Le Gall ("Yoyo" et un épisode de "Théodore Poussin"), Marc Hardy ("La Patrouille des Libellules", "Lolo et Sucette", "Croqu' la vie"), Yslaire (le premier épisode de "Sambre"), François Avril ("Le Voleur de ballerines"), Yves Chaland (quelques "Freddy Lombard"), Denis Bodart ("Les Affreux", "Nicotine Goudron", un épisode de "Chaminou")), Batem et André Franquin ("Le Marsupilami"), Olivier Neuray ("Nuits blanches"), Philippe Bercovici ("Léonid et Spoutnika"), Marc Michetz ("Tako"), Édith ("Basil et Victoria"), Louis Joos ("S.
O. S. Aïcha"), Berthet ("Pin up"), Fabrice Lamy ("Colt Walker"), Laurent Verron ("Odilon Verjus"), Morris ("Lucky Luke"), etc. Après avoir placé ses pions chez presque tous les éditeurs sérieux de BD, il rentre par la grande porte chez Dupuis en écrivant des récits épiques pour René Hausman dans "Aire Libre" ("Les Trois cheveux blancs" et "Le Prince des écureuils"), la saga des "Chasseurs d'étoiles" pour Wozniak et certaines séries particulièrement pimentées de la collection "Humour Libre" : "Lolo et Sucette", "Spoon & White" et les anthologies des "Sales petits contes". Aujourd'hui, Yann est sans conteste l'un des trop rares scénaristes incontournables de la profession. Alain Henriet est né le 15 février 1973 à Gosselies (Belgique).
Tout jeune, il se découvre de belles affinités avec la BD grâce à de vieux numéros de Strange et du Journal de Mickey chinés sur les marchés où travaillent ses parents. Il devient ensuite un inconditionnel des albums Dupuis grâce aux séries « Le Scrameustache » et « Les Tuniques bleues », tout en craquant pour « Photonik », un super héros dessiné par un auteur français, ce que le petit Alain est alors loin d'imaginer.
A 9 ans, l'auteur en herbe dessine, colorie et relie lui-même ses premiers albums de BD... En 1990, Henriet rentre à l'Institut Saint-Luc de Mons pour ses 3 dernières années d'humanités. N'ayant aucun contact dans le monde de la bande dessinée, il se construit en autodidacte dans des manuels d'anatomie et de perspective. C'est lors de sa dernière année de secondaire qu'il découvre et intègre un cours du soir, prodigué à Jemappes chaque week-end par Philippe Foerster et Gérard Goffaux.
De l'association de ces professeurs et de 3 anciens élèves naît le magazine Brazil, où paraîtront les premières publications signées Henriet en 1993. Alain sera dès lors présent dans chaque numéro. En 1994 il intègre l'académie de Liège. A cette époque il publie régulièrement dans le fanzine « L'inédit ». L'année suivante il dessine un récit de 30 pages, Une pizza à l'il, polar jubilatoire scénarisé par Eric Poelart, dit « Baloo » - un ancien élève du cours du soir de Jemappes.
Les aventures de ce tueur à gages traquant un il de verre perdu dans une pizza seront publiées en album souple tiré à 600 exemplaires par Tony Larivière. Une pizza à l'il deviendra collector lorsque l'histoire ressortira quelques années plus tard chez Delcourt. En 1996, Thierry Tinlot, alors rédacteur en chef du Journal Spirou, lance un concours de dessin dans toutes les écoles supérieures de Belgique francophone.
Le premier prix: un stage de 4 mois à la rédaction du Journal Spirou. Alain Henriet remporte le challenge et intègre l'équipe du célèbre hebdomadaire. Après son stage il continuera à y travailler, publiant en deux ans une trentaine de pages. En 1998 il décroche, lors d'un passage au festival d'Angoulême, son premier contrat d'édition avec « Le portail », deux albums scénarisés par Olier et paraissant aux Éditions Le téméraire. En 1999 Alain et Eric Poelart décident de refaire Une pizza à l'il, mais cette fois de manière plus professionnelle.
Rebaptisé John Doe, leur polar-fétiche devient une trilogie, publié entre 2000 et 2002 par les Éditions Delcourt. Ce même éditeur propose ensuite à Henriet de dessiner « Golden Cup » (6 tomes entre 2003-2015), spin of de « Golden City » où il fait la rencontre de Daniel Pecqueur et de Manchu, avec lequel il réalise des véhicules futuristes au design impeccable. Alain signe également, en 2005, « Loup-Garou », recueil d'histoires courtes aux Éditions Khani.
La même année il signe le sixième tome de « Pandora Box », L'Envie, sur un scénario de Alcante. En 2007, toujours pour Dupuis, il signe « Damoclès » en compagnie de Joël Callède. Cette série suivant les aventures d'un groupe de gardes du corps très spéciaux connaîtra 4 tomes et une intégrale, qui raviront les amateurs de polars solides et d'émotions fortes. Alain signe en outre plusieurs planches du collectif Les véritables légendes urbaines (Dargaud) ainsi que l'album publicitaire Mick Keblo avec Olivier Saive.
En 2008, Yann propose à Alain Henriet de travailler à une reprise de « Buck Danny » qui ne verra jamais le jour. Mais les deux auteurs se sont bien trouvés et veulent se trouver un terrain de jeu commun. Les avions de « Buck Danny » se transforment en ceux de « Dent d'ours », magnifique série mettant en scène la lutte de Hanna, Max et Werner, enfants autrefois amis mais que le nazisme oblige à s'affronter adultes.
Alain Henriet y déploie un découpage impressionnant de justesse mais aussi un soin particulier dans la reproduction des uniformes et avions d'époque. Plébiscitée par le public, la critique et les historiens, la série « Dent d'ours » - publiée chez Dupuis et prépubliée dans Spirou - obtient le Prix Saint-Michel BD 2013 du meilleur scénario mais aussi le Prix des pilotes de chasse des Ardennes ainsi qu'une distinction à Angoulême: le Prix BD des collégiens 2014.
Après les 6 tomes (2013-2018) et les 2 intégrales de cette série déjà considérée comme un classique, Henriet (toujours accompagné de Yann) met en images les aventures de « Black Squaw », héroïne inspirée de l'aviatrice Bessie Coleman, femme forte qui fit tomber bien des préjugés. Le premier tome, Night hawk, est paru en 2020. Il est, comme la majeure partie des albums d'Alain Henriet, mis en couleurs par Usagi, dont la palette précise donne crédit et harmonie à ses reconstitutions historiques. Aussi méticuleux qu'un graveur lorsqu'il s'agit de dessiner un avion d'époque, Alain Henriet est pourtant capable de l'animer avec un sens du mouvement qu'il partage avec les meilleurs cinéastes contemporains.
Auteur de polars aussi réussis que « Damoclès » (avec Callède) ou le multiprimé « Dent d'ours » (avec Yann), il mène avec ce dernier la série « Black Squaw », inspirée du vécu de Bessie Coleman, aviatrice qui fit tomber bien des préjugés pendant les années 20... Auteur incontournable du catalogue Dupuis, Alain Henriet donne ses lettres de noblesse actuelles à la grande tradition de la BD réaliste tous publics.

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

8,99 €