La cigogne est en vue !!

- Il y a 2 ans
Catégories :

La maternité, sujet de femme ? Toujours pas...

Allez... je ne pouvais pas vous laisser sur ce premier article qui ne parle que d'une partie de la maternité, la plus simple d'ailleurs. Les nausées, le sommeil agité, les volte-faces de bébé dans le ventre et vos déplacements en canard vont vous paraître ridicules face à ce qui vous attend maintenant. NE partez pas, ça en vaut la peine...

La maternité c’est ensuite l'accouchement

Ça y est, c’est pour aujourd’hui ! Bébé a 2 jours d’avance sur le terme mais il ne semble pas vouloir rester plus longtemps dans le ventre de maman. Les contractions sont plus intenses depuis ce matin, c’est le signal d’alarme. Petit coup de téléphone à papa qui est en pleine réunion au bureau :

- Chéri, c’est pour maintenant !! Tu peux rentrer VIIIIIITE ? (non non aucun sentiment d’anxiété dans la voix de maman)
- Prends une douche, j’arrive. Les valises sont prêtes ?

Les valises ? On ne part pas pour 15 jours à la maternité mais il faut DES valises. Explications :
La première pour bébé : ses premiers bodies, son petit bonnet, ses petites chaussettes, son petit pull (c’est agaçant le mot petit hein ? Surtout qu’une fois sur deux, bébé est trop gros pour rentrer dans des habits de naissance, il passe directement à la taille 1 mois)
La deuxième pour maman : certes elle va passer 3 jours en chemise de nuit bleue ciel mais elle sera bien contente de ne pas sortir de la maternité avec.
La troisième pour papa : on l’oublie souvent celle-là. Il ne suffit pas de grand-chose, un (gros) livre, un paquet de gâteau, des mots fléchés, une PS4 (on pourrait essayer de la brancher sur le cardiotocographe : c’est le matériel qui montre les contractions de maman sur un écran) si ça dure vraiment trop longtemps.

Enfin dans la voiture, je bats mon record de temps entre la maison et la maternité. Quand on a une femme sur le point d’accoucher dans sa voiture on conduit bizarrement ; on prend les voies de bus mais on roule à 30km/h lorsqu’une contraction survient.
Arrivés à la maternité, je me gare dans le parking souterrain sans savoir que la facture s’élèvera à 25€ demain matin et que j’enragerai en pensant que j’aurais eu largement le temps de trouver une place dans le quartier.

C’est à partir de ce moment que tout se calme. On est rassuré, maman n’accouchera ni sur le canapé, ni dans la voiture, papa n’aura pas besoin d’accoucher maman et bébé sera bien pris en charge par des personnes compétentes.

Après le premier examen de la sage-femme qui confirme que c’est bien le jour J, il s’installe une attente interminable, les minutes deviennent des heures et c’est à ce moment-là que l’on se rappelle de la papa box, remplie de gâteaux, d’un bon livre et de mots fléchés (on a laissé la PS4 à la maison dans la précipitation). Pendant ce temps-là, maman a mal, elle va demander une péridurale. Cette aiguille de 3 mètres de long et large comme une saucisse knacki (oui nous les hommes on peut raconter n’importe quoi, on ne l’a jamais vue, on doit sortir de la pièce lorsque l’anesthésiste la pose).

En me voyant lire, la sage-femme m’interpelle avec amusement :

- Au lieu de lire un thriller, vous auriez dû venir avec le livre Au monde. Il a été écrit par une sage-femme, et raconte la maternité vue de l’autre côté.

L'accouchement est un rendez-vous avec soi-même: son histoire familiale, son corps, son avenir. Un rendez-vous qui change profondément la vie de chacune. Une sage-femme relate avec sensibilité son expérience de la maternité. Au fil des rencontres avec les femmes, leurs joies et leurs espoirs, elle développe une réflexion engagée et porte un regard nouveau sur cette expérience unique.

Biographie de Chantal Birman

Chantal Birman est sage-femme à Paris. Cofondatrice de la Coordination nationale des sages-femmes et vice-présidente de l'Association nationale des centres d'interruption de grossesse et de contraception, elle a reçu la Légion d'honneur. " Au monde " est son premier livre.

Au monde - Chantal Birman

Les contractions sont de plus en plus rapprochées, de plus en plus fortes, c’est pour très bientôt. La sage-femme le sait car c’est à ce moment qu’elle fait irruption dans la salle de naissance et enfile des gants en annonçant…

- Bon on le sort ce bébé ?

On m’apporte une chaise au cas où. Oui c’est déjà arrivé que bébé arrive en voyant ses deux parents allongés, l’une toute rouge d’avoir fourni un tel effort, l’autre tout blanc d’avoir vu tant de rouge.
Tout est arrivé si vite, je n’ai pas eu besoin de chaise, je n’ai plus senti ma main, (maman me l’a littéralement broyée) je n’ai pas essuyé la larme qui coula sur ma joue.

Bébé est là, confortablement installé sur la poitrine de maman, tout rose. Il est en pleine forme. Tant mieux, les infirmières vont le laisser là quelques instants, le temps que maman réalise, le temps que j’admire ma progéniture, les yeux embués de larmes.

Le personnel nous laisse tranquille dans la salle de naissance. Ça y est, nous sommes une famille.

Il ne vous reste qu'à vous reposer, prendre le temps de profiter de bébé, et penser un peu à vous. Le site Les Louves vous donnera quelques idées pour vous détendre, vous refaire une beauté ou simplement vous évader...

Stéphane, lecteur assidu

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK