Tué à l'ennemi - La dernière guerre de Charles Péguy

Note moyenne 
Le 1er août 1914, la France décrète la mobilisation générale. Comme un million d'autres Français, le lieutenant de réserve Charles Péguy reçoit... Lire la suite
22,00 € Neuf
Expédié sous 7 à 15 jours
Livré chez vous entre le 5 novembre et le 14 novembre
En librairie

Résumé

Le 1er août 1914, la France décrète la mobilisation générale. Comme un million d'autres Français, le lieutenant de réserve Charles Péguy reçoit sa feuille de route, embrasse les siens et rejoint son unité, le 276e Régiment d'Infanterie, à Coulommiers. Intellectuel engagé, normalien d'origine modeste, chrétien fervent, conservateur et pourtant républicain et dreyfusard, Péguy est un condensé des contradictions françaises, mais aussi, sans doute, de ce qu'on appelle alors le génie français.
S'il vit ce moment avec un sentiment de plénitude frisant l'allégresse, c'est que s'impose à lui comme à tous le devoir sacré de défendre la patrie, et déjà, à travers elle, un système de valeurs égalitaire issu des Lumières et de la Révolution. Ce combat unit aristocrates, bourgeois, paysans et ouvriers, rouges blancs et bleus dans une même détermination, une même exaltation. Les premiers jours du conflit sont catastrophiques sur le plan militaire.
Comme des centaines de milliers de soldats, le sous-lieutenant Charles Péguy et ses compagnons doivent marcher jour et nuit pendant trois semaines dans une chaleur torride, les pieds en sang dans leurs godillots cloutés, reculant encore et toujours devant l'ennemi pour l'attirer profondément dans le territoire de France afin qu'une contre-offensive puisse couper son avant-garde du gros de ses troupes et amorcer la reconquête.
Charles Péguy ne vivra pas assez longtemps pour voir cette première victoire française. Revenu quasiment à son point de départ dans la Marne la veille de la bataille décisive, le 276e monte à l'assaut d'un régiment de mitrailleurs de la Hesse dans un élan suicidaire conforme à la doctrine de l'offensive à outrance qui fait office de tactique militaire. Péguy se montre impavide sous la mitraille et accueille la mort avec l'orgueil d'un homme qui communie avec les siens dans la défense d'un idéal, et le stoïcisme de celui dont la foi est chevillée au corps.
Michel Laval, en racontant les trente derniers jours de sa vie, entonne un requiem à la gloire de ce peuple en marche que fut, le temps d'un été, la France combattante, avant que quatre ans de carnage ne noient dans le sang la "grande illusion" de Charles Péguy et de sa génération.

Sommaire

  • LA MOBILISATION (2 - 4 AOUT 1914)
  • LA CONCENTRATION (5 - 13 AOUT 1914)
  • LA BATAILLE DES FRONTIERES (14 - 23 AOUT 1914)
  • LA GRANDE RETRAITE (24 AOUT - 4 SEPTEMBRE 1914)

Caractéristiques

  • Date de parution
    23/01/2013
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-7021-4387-2
  • EAN
    9782702143872
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    427 pages
  • Poids
    0.505 Kg
  • Dimensions
    15,0 cm × 23,0 cm × 2,7 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Michel Laval

Michel Laval est avocat. Il est l'auteur de Robert Brasillach, la trahison du clerc (Hachette Littérature, 1992) et de L'homme sans concessions : Arthur Koestler et son siècle (Calmann-Lévy, 2005).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
22,00 €