Les coopératives d'habitants - Méthodes, pratiques et formes d'un autre habitat populaire

Collectif

,

Marie-Odile Novelli

(Préfacier)

,

François Perdrizet

(Préfacier)

Note moyenne 
Yann Maury - Les coopératives d'habitants - Méthodes, pratiques et formes d'un autre habitat populaire.
Selon un rapport de l’ONU de 2010, ce sont 800 millions de personnes qui vivent dans un habitat « irrégulier », un « slum » (bidonville). Le phénomène... Lire la suite
81,00 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 26 janvier et le 28 janvier
En librairie

Résumé

Selon un rapport de l’ONU de 2010, ce sont 800 millions de personnes qui vivent dans un habitat « irrégulier », un « slum » (bidonville). Le phénomène de l’habitat irrégulier et illégal n’est d’ailleurs pas confiné aux seuls pays en développement ou émergents. Nos riches métropoles occidentales sont elles aussi confrontées à ces questions cruciales, auxquelles il convient d’ajouter la lancinante question des expulsions locatives, des saisies immobilières et de l’insécurité de la tenure foncière.
Or, dans nos sociétés contemporaines de marché, le logement est pour l’essentiel devenu un objet de spéculation financière et de rente, un objet à « forte intensité capitaliste » (Jean louis Laville, 2006). La sphère immobilière s’est ainsi « désencastrée » (disembedded) (Karl Polanyi) de la cité qui en a perdu le contrôle. Participant à cette « insouciante activité du marché » (David Bollier, 2003) et à ses effets, une chaine immobilière marchande à étages multiples s’est mise en place : du repérage d’un foncier, en passant par la conception du projet immobilier, le choix requis des matériaux et des techniques de construction, l’octroi d’un prêt, l’établissement d’un prix de revient, de vente et la définition de marges financières ...
Dans ce concert, chaque opérateur qui y a partie liée, entend dégager un surplus et satisfaire son intérêt immédiat. Et ce, au détriment de la fonction vitale et universelle d’un droit à habiter, prié de s’effacer derrière la somme des intérêts privés. Le résultat enregistré est paradoxal : le logement neuf produit par le marché immobilier dans la cité contemporaine est à la fois abondant, de grande qualité, tout en demeurant dans le même temps parfaitement inaccessible aux plus démunis, et donc rare, compte tenu de son coût.
Tournant le dos aux schémas, réponses, pratiques et discours dominants sur le logement et l’habitat populaire, qui renvoient à tout coup à la « crise », à la « pénurie » et au « mal-vivre » urbain, des modes de faire alternatifs fournissent un contenu effectif au concept d’éco-habitat abordable : les « coopératives d’habitants » et « Community land Trusts », mobilisées comme outils de l’abondance, opèrent un travail « l’administration de la preuve » (Durkheim) qui invalide le discours ambiant sur la pénurie, tout en offrant des perspectives pour refonder la ville coopérative.
Qu’elles relèvent du modèle coopératif latin (Italie, Argentine...) ou anglo-saxon (Royaume-Uni, USA..), ces organisations humaines de petite taille produisent et donnent à voir des pratiques effectives d’entraide commune et de coopération équitable (John Rawls) qui, dans une démarche de recyclage urbain (changement d’usage de bâtiments publics laissés vacants ou réutilisation de friches urbaines à l’abandon), de mobilisation démocratique et de création de richesses partagées (E.
Ostrom.2007), replacent les habitants non banquables au coeur des dispositifs immobiliers et des métropoles urbaines (à Rome, Milan, Buenos Aires, Londres, Burlington…). Dans le même temps, les coopératives d’habitants revendiquent de nouvelles frontières du droit, s’adossent à des formes innovantes de mobilisation et de régulation publique locale et se confrontent aux exigences solidaristes qui fondent le développement durable (exigences à la fois horizontales, vis-à-vis de nos contemporains les plus démunis et verticales, d’une génération à la suivante).
Ce faisant, les coopératives d’habitants apportent un démenti non négligeable aux logiques urbaines de « l’entre soi » et à leur caractère prétendument inéluctable. Cet ouvrage collectif dirigé par Yann Maury et conclu par Jean Louis Laville, a été réalisé avec le concours de membres de coopératives, de militants, de chercheurs, d’architectes, d’universitaires, d’élus issus des continents européen et américain, mobilisés en faveur de la défense d’un droit effectif au logement.

Sommaire

    • LES COOPERATIVES D'HABITANTS EN Italie
    • "L'autorecupero", de l'habitat insalubre à l'éco-habitat
    • Les coopératives d'auto construction en Italie ; Un autre accès à la propriété sociale
    • Habitat populaire et territoires ; le rôle des acteurs institutionnels en Italie
  • COOPERATIVES D'HABITANTS, AUTO CONSTRUCTION ET HABITAT AUTOGERE AILLEURS EN EUROPE : ANGLETERRE, CATALOGNE (ESP), PAYS-BAS, BELGIQUE, FRANCE
    • L'autoconstruction accompagnée en Angleterre, mode d'emploi
    • Les chantiers coopératifs de la community Self-build Agency, ou l'art de refaire son intérieur
    • Les "casas baratas" de Bon Pastor, quel devenir pour un quartier populaire dans le modèle urbain de Barcelone ?
  • COOPERATIVE D'HABITANTS ET D'ENTRAIDE MUTUELLE SUR LE CONTINENT AMERICAIN ; QUEBEC, USA, ARGENTINE
    • Innovations sociales et nouvelle régulation associative ; le logement communautaire au Québec
    • De l'oubli à sa renaissance, le modèle coopératif anglo-saxon des "Community Land Trusts"
    • "Coopératives d'habitants et lutte contre la pauvreté à Buenos Aires; du mouvement des Piqueteros à la coopérative EMETELE"

Caractéristiques

  • Date de parution
    13/12/2011
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-8027-3531-1
  • EAN
    9782802735311
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    496 pages
  • Poids
    0.79 Kg
  • Dimensions
    16,0 cm × 24,0 cm × 2,5 cm

Avis libraires et clients

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

81,00 €