La révolte des premiers de la classe - Poche

Note moyenne 
1 note -  Donner un avis
Vous avez fait des études mais vous vous ennuyez au travail ? Vous vous sentez inutile ? Rassurez-vous, vous n'êtes pas seul. Ceux qu'on appelle encore... Lire la suite
6,60 € Neuf
En stock en ligne
Livré chez vous à partir du 29 septembre
En librairie

Résumé

Vous avez fait des études mais vous vous ennuyez au travail ? Vous vous sentez inutile ? Rassurez-vous, vous n'êtes pas seul. Ceux qu'on appelle encore les "cadres et professions intellectuelles supérieures" n'encadrent plus personne, d'ailleurs ils n'utilisent plus vraiment leur cerveau et sont menacés par le déclassement social. Chez ces anciens premiers de la classe en quête de sens, la révolte gronde et les défections pleuvent.
Vous les retrouverez à la tête de commerces urbains : boulangers, fromagers, restaurateurs ou brasseurs, derrière leur comptoir, les deux mains dans le concret. Redessinant ainsi nos villes, notre consommation mais aussi notre vision du succès, ces nouveaux entrepreneurs marquent peut-être le renversement des critères du prestige. Alors, faut-il vraiment passer un CAP cuisine après un bac +5 ?

Caractéristiques

  • Date de parution
    28/08/2019
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-290-16419-8
  • EAN
    9782290164198
  • Format
    Poche
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    192 pages
  • Poids
    0.106 Kg
  • Dimensions
    11,0 cm × 17,8 cm × 1,0 cm

Avis libraires et clients

Avis libraires

L'éditeur en parle

Vous avez fait des études mais vous vous ennuyez au travail ? Vous vous sentez inutile ? Rassurez-vous, vous n'êtes pas seul. Ceux qu'on appelle encore les "cadres et professions intellectuelles supérieures" n'encadrent plus personne, d'ailleurs ils n'utilisent plus vraiment leur cerveau et sont menacés par le déclassement social. Chez ces anciens premiers de la classe en quête de sens, la révolte gronde et les défections pleuvent.
Vous les retrouverez à la tête de commerces urbains : boulangers, fromagers, restaurateurs ou brasseurs, derrière leur comptoir, les deux mains dans le concret. Redessinant ainsi nos villes, notre consommation mais aussi notre vision du succès, ces nouveaux entrepreneurs marquent peut-être le renversement des critères du prestige. Alors, faut-il vraiment passer un CAP cuisine après un bac +5 ?

À propos de l'auteur

Biographie de Jean-Laurent Cassely

Journaliste à Slate et auteur de plusieurs ouvrages et guides pratiques, Jean-Laurent Cassely chronique la vie et l'oeuvre des classes supérieures urbaines.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

6,60 €