La Garde nationale entre nation et peuple en armes - Mythes et réalités, 1789-1871

Note moyenne 
Serge Bianchi et Roger Dupuy - La Garde nationale entre nation et peuple en armes - Mythes et réalités, 1789-1871.
La Garde nationale surgie pendant l'été 1789, s'est développée dans l'ensemble du territoire français, jusqu'à l'apothéose de la Fédération nationale... Lire la suite
24,00 € Neuf
Actuellement indisponible

Résumé

La Garde nationale surgie pendant l'été 1789, s'est développée dans l'ensemble du territoire français, jusqu'à l'apothéose de la Fédération nationale du 14 juillet 1790, triomphe de 3 millions de citoyens en armes. Ce moment est resté dans notre imaginaire collectif comme le symbole éclatant d'une Nation se donnant à elle-même le spectacle de sa force, en un élan unanime. L'image mythique de cette communion a perduré, associant mécaniquement Garde nationale et Révolution, favorisant une sorte d'amnésie historiographique que le Bicentenaire n'a pas combattue. Les chercheurs réunis à Rennes ont tenté d'inscrire la Garde nationale dans la durée de l'institution (de la milice urbaine à 1789-1871), dans l'espace national, en posant des questions toujours en suspens : force de l'ordre ou de contestation ?, garde " bourgeoise " ou force " démocratique " ?, organisation locale ou nationale ?, réserve militaire ou expression armée de la citoyenneté ?, tremplin politique ou marqueur social ? Le mythe a longtemps fasciné les historiens. Au fil des journées révolutionnaires, la prise d'armes, l'insurrection sont devenues, plus que l'exercice du droit de vote (même universel) l'expression suprême de la volonté du peuple. Après le désarmement des faubourgs en prairial an III (mai 1795), la Garde nationale n'est pourtant plus que l'expression de l'ordre bourgeois défendant la propriété et un semblant de régime représentatif, comme dans les journées de juin 1848 (aux côtés de la police et de l'armée). A chaque révolution resurgit cependant l'image de la nation en armes dans sa résistance à l'oppression. C'est dans le choc des représentations face à la pesanteur des réalités sociales, dans la confrontation entre les illusions de la mémoire collective et le poids des dépôts d'archives que l'historien s'efforce de reconstituer cette histoire de la Garde nationale, au croisement de la violence institutionnelle et de la légitimité de l'armement d'un peuple à la conquête de ses droits.

Sommaire

  • PREMISSES ET ANTECEDENTS
    • Les " communes " rurales pendant la Ligue en Haute Bretagne : une préfiguration de la Garde nationale ? (1589-1789/1792)
    • Milice bourgeoise et sociabilité de quartier à Nantes au début du XVIIIe siècle
    • Devenir officier dans la milice bourgeoise de Rennes sous l'Ancien Régime
    • L'évolution de la police communautaire dans la ville des Lumières : Le cas des dizeniers toulousains, 1760-1789
    • D'un rôle militaire à une fonction sociale, les milices bourgeoises de Bretagne dans la seconde moitié du XVIIIe siècle
  • GENÈSE ET CRÉATION
    • De la milice bourgeoise à la Garde nationale : l'exemple de Tours des années 1760 à 1792
    • Garde nationale, Volontaires, jeux militaires et vie politique à Dijon en 1789-1790
    • La crise " prérévolutionnaire " et les origines de la Garde nationale en Provence
    • Les débuts de la Garde nationale parisienne (1789-1791)
    • Gardes bourgeoises et milices nationales en Haute-Saône, 1789-1790
    • Fonder une garde nationale : tensions sociales, éducation au civisme et enjeux politiques (Moulins - Clermont-Ferrand, 1789-1791)
    • La Garde nationale, enjeu politique et religieux dans le Midi de la frontière confessionnelle
    • Les formations suisses en France, substituts aux gardes nationales dans les capitales provinciales en 1789-1790
    • " Le mot ne fait rien à la chose " : des gardes bourgeoises aux gardes nationales à Bruxelles et Namur, 1706-1814
    • LES GARDES EN RÉVOLUTION. Les militaires patriotes, la nation en armes et la question des milices nationales (1789-1792)
    • Iconographie et épigraphie des drapeaux de la Garde nationale de Paris en 1789
    • Entre attraction et hostilité : Les ouvriers nantais et la Garde nationale (1789-1792)
    • Servir dans la Garde nationale de Lyon en 1792
    • De la milice à la Garde nationale en Lorraine, 1750-1792
    • La Garde nationale en Provence pendant le Directoire : service d'ordre et de désordres. Les gardes nationales en Ille-et-Vilaine et dans le sud de la Seine-et-Oise : bilans comparés
    • Quelle place pour la Garde nationale pendant le Directoire ?
  • DE LA RÉVOLUTION À LA TROISIÈME RÉPUBLIQUE
    • La Garde nationale en Corse, de la Révolution française au lendemain des Trois Glorieuses
    • Garde nationale et tensions sociales à Lyon, 1789-1871. La Garde nationale, les gauches et l'idéal de la nation armée sous la monarchie de Juillet
    • Les élections des officiers de la Garde parisienne sous la monarchie de Juillet : la politisation des classes moyennes en question
    • Officiers porte-parole des barricades : Paris
    • La Garde nationale dans le Var, 1848-1851
    • La mémoire de la Garde nationale " révolutionnaire " au XIXe siècle

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/05/2006
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-7535-0235-8
  • EAN
    9782753502352
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    561 pages
  • Poids
    0.96 Kg
  • Dimensions
    16,5 cm × 24,0 cm × 4,5 cm

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

Cet ouvrage a été dirigé par Serge Bianchi et Roger Dupuy, professeurs à l'université Rennes 2.

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK