Clameur publique et émotions judiciaires - De l'Antiquité à nos jours

Note moyenne 
Frédéric Chauvaud et Pierre Prétou - Clameur publique et émotions judiciaires - De l'Antiquité à nos jours.
Quel sens accorder aux manifestations sonores et publiques qui émaillent l'histoire de la justice ? Oubliés aujourd'hui, des cris judiciaires parfaitement... Lire la suite
20,00 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 25 septembre et le 26 septembre
En librairie

Résumé

Quel sens accorder aux manifestations sonores et publiques qui émaillent l'histoire de la justice ? Oubliés aujourd'hui, des cris judiciaires parfaitement licites avaient pu investir des collectivités humaines entières d'un statut complet d'auxiliaire de la justice et de protection des vulnérables. Le "Haro" normand, sans doute le plus connu de ces cris, mobilisait tout un voisinage contre une offense.
Mais il n'est pas le seul : bien des procédures justifiaient qu'une "clameur publique" saisisse le prétoire, autorise une poursuite à "cor et cris", étreigne un suspect, avant d'exiger du juge un prompt jugement. L'origine et l'ampleur de ces manifestations collectives bruyantes méritent de nouvelles approches inspirées par la recherche en histoire sonore du fait politique. De l'Antiquité à nos jours, si l'on connaît quelques formes de ces appels au secours judiciaire qui fondaient une plainte reçue par une procédure, la justice qui se construisait - ou se déconstruisait - autour de ces bruits reste à explorer, ou doit être relue par la focale de cet objet sous-estimé qu'est la clameur publique.
Elle se lie et se délie sans cesse autour de l'histoire de l'oralité, des f1agrances et de la dénonciation. Jetées à la face des juges, les expressions de la mobilisation collective engageaient également les identités communautaires et patriotes : appel au pouvoir souverain, elles renvoyaient ce dernier à son rôle fondamental de débiteur de justice. Escortant de près ces interactions intenses entre le pouvoir judiciaire et la foule, la clameur publique évoque aussi la vindicte et le lynchage.
Est-ce cela qui fit qu'elle fut nettement infléchie aux Temps modernes ? Doit-on y lire une dérégulation des mouvements collectifs au bénéfice de la police et de la justice ? Les communautés, lentement dépossédées de leurs cris judiciaires par l'Etat justicier, n'ont pourtant pas si facilement abandonné le monopole de la violence licite face à la flagrance des offenses. Les réactions collectives dressent et redressent continuellement les scènes du théâtre de nos agitations publiques.
De la clameur publique, aux émotions judiciaires, il est donc un chemin historique que cet ouvrage arpente pour faire la démonstration suivante : ces interactions frénétiques unissant les foules à leurs justices, nouées autour de la clameur publique, hantent encore nos procédures.

Caractéristiques

  • Date de parution
    06/02/2014
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-7535-2897-0
  • EAN
    9782753528970
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    313 pages
  • Poids
    0.494 Kg
  • Dimensions
    15,5 cm × 24,0 cm × 1,9 cm

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

Frédéric Chauvaud, Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Poitiers, et Pierre Prétou, maître de conférences en histoire du Moyen Age à l'université de La Rochelle, sont des spécialistes de l'histoire de la justice.

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
20,00 €