Le positivisme est un culte des morts : Auguste Comte (Broché)

Raquel Capurro

Note moyenne : | 0 avis
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
  • EPEL

  • Paru le : 19/12/2001
  • 1 million de livres à découvrir
  • Livraison à domicile à partir de 0,01 €
  • Paiement sécurisé, débit à l'expédition
21,00 €
Neuf - Actuellement indisponible
Votre note
Loin d'être cet impérialisme du savoir scientifique que l'on nous enseigne dès les bancs de l'école primaire, le positivisme apparaît ici comme ce qu'il est : une religion. Comte le voulut ainsi, souhaitant qu'il ne soit dissocié ni de sa vie, ni de ses amours, ni même de ses moments d'égarement. Deux événements saillants marquèrent cette vie : sa rencontre avec la folie au départ de son enseignement (elle devait l'interrompre), et la mort de Clotilde de Vaux, son grand, unique, tardif et chaste amour, qui ne dura qu'un an du vivant de la dame, mais que la religion positiviste devait rendre immortel. Ces deux événements eurent des rapports parfaitement explicites avec sa doctrine. Enfin dégagé de l'emprise d'Esquirol à l'asile de Charenton, Comte mise sur la science positive comme voie de résolution objective de la folie, mais aussi des questions de société. L'expérience de l'amour puis du deuil de Clotilde bouleversa ces certitudes. Le cœur, qui n'avait pas de place dans son système, faisait désormais valoir ses droits. S'ouvre alors une crise de la méthode objective des sciences. Comte y rencontre les limites de son discours. Son deuil fut la voie par où lui vint une réponse. Il instaura un culte des morts (combattu par le christianisme, avant que celui-ci ne récupère à son profit la visite au cimetière, geste positiviste par excellence). Toute sa doctrine bascula. Le positivisme comtien devint religion, et le discours de Comte l'envers de qu'il avait été. Est-il fou à nouveau, Comte ? Faut-il laisser tomber tout ce qu'il écrivit alors et ne garder que sa " première carrière " ? Les disciples se divisèrent. Littré sera la tête la plus visible de ceux qui, sur ce point précis, quittèrent le maître. D'autres, médecins surtout, vont suivre le grand prêtre, instaurant un nouveau sacerdoce. Une pastorale est née. Ce sont les morts qui gouvernent notre destinée, enseignait Comte. Si on l'oublie, on devient malade. En Amérique latine (d'où nous vient ce livre), le positivisme fut bicéphale. Le sud du Brésil accueillit la religion positiviste au point d'en construire les temples. En revanche, à Buenos Aires, Montevideo et ailleurs, l'accent fut mis sur une religion de la science qui ne disait guère son nom. Que fut donc, en Europe, l'héritage de Comte ? Ce n'est pas le moindre mérite de cette monographie indissociablement clinique, historique, sociale et théorique, que d'ouvrir cette question.
  • Date de parution : 19/12/2001
  • Editeur : EPEL
  • Collection : monographie clinique
  • ISBN : 2-908855-66-6
  • EAN : 9782908855661
  • Présentation : Broché
  • Nb. de pages : 156 pages
  • Poids : 0.26 Kg
  • Dimensions : 17,0 cm × 21,0 cm × 1,3 cm

Biographie de Raquel Capurro

Née à Montevideo où elle exerce comme psychanalyste, Raquel Capurro a fait des études de philosophie en France et de psychologie en Uruguay. Elle est membre de l'Ecole lacanienne de psychanalyse. Elle a notamment publié en 1995 avec Diego Nin une remarquée monographie clinique, Extraviada (à paraître prochainement en France aux éditions EPEL). Son travail sur Comte, Comte, Actualidad de una herencia, fut publié par Edelp, Córdoba, Argentine, en 1999.
Raquel Capurro - Le positivisme est un culte des morts : Auguste Comte.
Le positivisme est un culte des morts :...
21,00 €
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK

Ne partez pas tout de suite...

Inscription newsletter