Surtout pas de vagues ! - De la douce gouvernance aux conflits syndicaux

Note moyenne 
Christian Bourion - Surtout pas de vagues ! - De la douce gouvernance aux conflits syndicaux.
De mai 1981 à avril 2002 le secteur public, qui surfe sur les déferlantes syndicales demeure pourtant solidement arrimé aux sphères politique et administrative... Lire la suite
34,00 € Neuf
Définitivement indisponible
En librairie

Résumé

De mai 1981 à avril 2002 le secteur public, qui surfe sur les déferlantes syndicales demeure pourtant solidement arrimé aux sphères politique et administrative de " la douce gouvernante " qui ne veut " surtout pas de vagues " et " achète la paix sociale " : avec la multiplication des conflits, la facture ne tarde pas à atteindre, puis à dépasser les 50 % de la richesse nationale annuelle à un moment où les pays d'Europe et du G8 imposent des économies drastiques à leurs propres secteurs publics. L'économie marchande se retrouve alors dans un jeu à somme nulle où chaque nouvelle dépense publique diminue les marges brutes des entreprises et se traduit in extenso en chômage et dépôts de bilan au sein des activités les plus exposées. En 1993, pour la première fois, la production annuelle de richesse décroît et il faudra attendre 1997 pour que les NTIC permettent des investissements massifs à l'étranger. Les délocalisations, la sous traitance, les déménagements, les émiettements sur plusieurs pays multiplient les " entreprises virtuelles ". Ce cliquet technologique apparemment anodin, signe pourtant un changement irréversible de société qui fait écrire à Michel Rocard : " Le capitalisme a gagné ! ". Mais ce n'est pas du goût de ceux qui font échouer la première tentative de réforme en décembre 1995. Il faut attendre 2002/2003 pour que " la nouvelle gouvernance " effectue une ultime tentative. L'avenir de la France est suspendu à cette confrontation : qu'elle se traduise par un nouveau recul et le cours de l'histoire sera définitivement américain.

Sommaire

    • Vingt ans de socialité
    • Le cliquet de la mondialisation
    • Le cliquet du chômage
    • Le champ du signe syndical : " Allons au clash ! "
    • La bonne affaire médiatique : le " Up and down ! "
    • La fuite politique en avant : l'achat de la paix sociale
    • L'anticipation bureaucratique : " Surtout pas de vagues ! "
    • La misère du travail
    • La misère fiscale
    • Vers un changement de société ?

Caractéristiques

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Christian Bourion

Christian Bourion est maître de conférences à l'Institut Commercial de Nancy. Ses travaux de recherche d'abord orientés vers " L'économie des services " se spécialisent ensuite au sein du GREFIGE de Nancy, dans l'étude des stratégies managériales du secteur public. Désireux de rendre compte des particularités qui concernent ce secteur où vivent entre 4,9 et 5,6 millions de Français, il publie d'abord " La logique émotionnelle " en 1999 qui met en évidence la première particularité de ces systèmes protégés : la très forte part de l'affectif et du relationnel au sein des processus professionnels. En 2000, il publie " Le management sans pouvoir " qui propose une méthode d'exercice des responsabilités dans ce milieu où il n'y a ni récompense, ni sanction, ni licenciement et où les actes quotidiens sont fortement syndicalisés. En 2001, il dénonce dans " Les abus de pouvoir " ces succédanés de sanctions, générations spontanées d'archaïsmes surgissant au sein des conflits publics avec la séculaire méthode du fusible qui permet de rétablir le calme. Enfin, en 2002, il écrit un manuel sur " Le processus de décision " conçu comme une démarche cognitivo-comportementale. Artiste, il sculpte la terre et la cire pour réaliser des œuvres en céramique, en pâte de verre et en bronze dans la tradition de l'Ecole de Nancy.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés