Souvenirs de voyage pour les gens de Boukhara - Grand Format

Note moyenne 
 Mirza Siradj Ad-Din Hakim et Stéphane-A Dudoignon - Souvenirs de voyage pour les gens de Boukhara.
L'activité des cercles lettrés de Boukhara, de la fin du XVIIIe siècle jusqu'au milieu des années 1920, fut marquée par une exceptionnelle effervescence.... Lire la suite
27,70 € Neuf
Expédié sous 7 à 15 jours
Livré chez vous entre le 26 août et le 2 septembre
En librairie

Résumé

L'activité des cercles lettrés de Boukhara, de la fin du XVIIIe siècle jusqu'au milieu des années 1920, fut marquée par une exceptionnelle effervescence. Au point que la Noble Cité put servir longtemps de lieu de ralliement de tout ce que l'Asie centrale comptait de musulmans soucieux de renouveau social et intellectuel. Le protectorat russe, établi en 1873, devait entraîner la formation d'une classe de négociants autochtones liés à la culture du coton et de la soie. Cette première bourgeoisie étendit rapidement ses activités au-delà de l'Asie centrale ; soucieuse de ses intérêts propres face au capital russe, elle se montra aussi solidaire des mouvements de modernisation et d'émancipation qui parcouraient le monde musulman au tournant des XIXe et XXe siècles. C'est à cette classe qu'appartenait Mîrzâ Sirâdj ad-Din Hakîm (1877-1914). Négociant boukhariote en soie et coton, il se lança dans des activités commerciales qui l'amenèrent à entreprendre, un beau jour de juin 1902, un long voyage d'affaires et d'agrément en Europe, via Istanbul, Londres, Marseille et Moscou. Les vicissitudes de son commerce devaient ensuite le contraindre à huit années d'incessants déplacements, riches en péripéties, entre l'Iran, divisé par la révolution constitutionnelle, l'Afghanistan des émirs modernisateurs et l'Inde déliquescente des derniers nababs. Le récit de ces voyages est très classique, par des schémas et un ton d'objectivité qu'il emprunte au genre du récit de pèlerinage. Mais c'est dans ce cadre que les Souvenirs de Mîrzâ Sirâdj trouvent leur caractère novateur - par un effet de désacralisation de l'espace et de brouillage des frontières entre islam et non-islam - à l'aube d'un siècle qui, vu d'une Asie centrale bientôt livrée au stalinisme, devait se montrer, d'une manière générale, peu amène envers les tentatives d'instauration d'un libéralisme islamique.

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/09/1999
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-7427-2048-0
  • EAN
    9782742720484
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Relié
  • Nb. de pages
    430 pages
  • Poids
    0.555 Kg
  • Dimensions
    14,0 cm × 22,5 cm × 3,5 cm

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

Né en 1962, Stéphane A. Dudoignon est docteur de l'université de Paris-III (histoire moderne des sociétés centrasiatiques). Actuellement attaché de recherche de la Société aponaise pour la promotion de la science (JSPS), à l'université de Tokyo, il a publié de nombreux articles d'histoire et de sociologie des milieux lettrés et intelligentsias d'Asie centrale, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, et dirigé : Le Tadjikistan existe-t-il ? Destin politique d'une "nation imparfaite", Cemoti, Paris, 1994 ; Le réformisme musulman en Asie centrale, éditions de l'EHESS, Paris, 1996 ; L'Islam de Russie (Conscience communautaire et autonomie politique chez les Tatars de la Volga et de l'Oural, du XVIIIe siècle à nos jours), Maisonneuve et Larose, Paris, 1997.

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
27,70 €