La reine Jeanne - Comtesse de Provence

Note moyenne 
Dominique Paladilhe - La reine Jeanne - Comtesse de Provence.
" La Belle Jeanne est, pour nous autres Provençaux, ce que Marie Stuart est pour les Ecossais : un mirage d'amours rétrospectives, un regret de jeunesse,... Lire la suite
23,00 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 18 décembre et le 20 décembre
En librairie

Résumé

" La Belle Jeanne est, pour nous autres Provençaux, ce que Marie Stuart est pour les Ecossais : un mirage d'amours rétrospectives, un regret de jeunesse, de nationalité, de poésies enfouies. Et les rapports ne manquent pas entre les deux royales et tragiques enchanteresses. " Ainsi s'exprimait Mistral dans la préface de son drame la Reino Jano. Jeanne 1er (1326-1382) descendait de Charles d'Anjou, frère de Saint Louis, qui apporta à la maison d'Anjou à la fois le comté de Provence et le royaume de Naples. C'est ainsi que Jeanne, à dix-sept ans, désignée comme héritière par son grand-père Robert d'Anjou, devint Reine de Naples, comtesse de Provence et de Forcalquier, au grand dam de ses oncles les princes de Tarente et de Duras (Durazzo). Jolie, charmante, frivole dans sa jeunesse, elle supporta toute sa vie le soupçon de complicité dans l'assassinat en 1345 de son jeune premier mari André de Hongrie, d'autant que moins d'un an après, elle se remaria avec son cousin Louis de Tarente, l'instigateur du meurtre. Le pape Clément VI la déclara innocente, mais il est vrai qu'elle lui avait vendu sa bonne ville d'Avignon pour 80 000 florins. Bafouée par son second mari, humiliée par son troisième, Jaime III d'Aragon, roi de Majorque, un déréglé sexuel, elle prit un quatrième mari. Othon de Brunswick. Au début du grand schisme, Jeanne ayant légitimement mais imprudemment pris le parti de Clément VII, pape en Avignon, Urbain VI, le pape de Rome, la déclara schismatique et incita son cousin, Charles de Duras, bien que son héritier naturel, à la chasser du trône. Charles de Duras s'empara de Naples, emprisonna la reine Jeanne et finit par la faire étouffer sous son matelas... afin que la mort parût naturelle. La vie romanesque de cette reine martyre, Dominique Paladilhe ne la raconte pas en romancier comme ses prédécesseurs ont eu tendance à le faire, mais en historien soucieux de coller aux documents et aux témoignages du temps.

Sommaire

    • Orpheline à quatre ans
    • Le drame
    • La vengeance du roi Louis
    • L'exil
    • Le retour
    • Le triomphe de Louis de Tarente
    • L'intermède majorquin
    • Seule au pouvoir
    • La tragédie
    • Une difficile succession.

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/01/1997
  • Editeur
  • ISBN
    2-262-00699-7
  • EAN
    9782262006990
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    189 pages
  • Poids
    0.3 Kg
  • Dimensions
    14,0 cm × 22,5 cm × 1,8 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Dominique Paladilhe

Dominique Paladilhe, ancien journaliste, historien, est originaire du Languedoc. Il a publié chez Perrin : Les Grandes Heures cathares, Les Routes cathares (album), Le Roi lépreux, Les Papes d'Avignon, Les Croisés et Simon de Montfort et le drame cathare.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
23,00 €