Dictionnaire de l'argot des typographes - Augmenté d'une histoire des typographes au XIXe siècle et d'un choix de coquilles célèbres

Note moyenne 
Pierre-Eugène Boutmy - Dictionnaire de l'argot des typographes - Augmenté d'une histoire des typographes au XIXe siècle et d'un choix de coquilles célèbres.
Un caractère commun à la grande majorité des typographes, c'est l'amour du progrès et des idées nouvelles. En tout et partout le compositeur est... Lire la suite
16,00 € Neuf
Actuellement indisponible

Résumé

Un caractère commun à la grande majorité des typographes, c'est l'amour du progrès et des idées nouvelles. En tout et partout le compositeur est pour le progrès. " Il a été, dit M. Jules Ladimir, de toutes les religions nouvelles qui ont essayé de reconquérir notre foi lasse de tout, même de sa pauvre sueur, l'espérance. On l'a vu successivement saint-simonien, fouriériste, châteliste, etc. ". On doit se souvenir que ce sont des typographes qui ont commencé la révolution de 1830. Leurs successeurs appartiennent presque tous à l'opinion républicaine, et la nuance des journaux auxquels ils sont employés ne déteint que très peu sur eux. Bourreur de lignes, s.m. Ouvrier qui compose particulièrement des lignes pleines ou courantes, telles que celles des journaux, des labeurs, des brochures, etc. Un bon bourreur de lignes est celui qui compose habituellement et vite la ligne courante. Dire d'un ouvrier qu'il n'est qu'un bourreur de lignes, c'est dire qu'il n'est propre qu'à ce genre de besogne, qu'il ne pourrait faire ni titres, ni tableaux, ni d'autres travaux exigeant une parfaite connaissance du métier. Bouteille à l'encre, s. f Nom que l'on donne à l'imprimerie en général, à cause de la difficulté que présente la vérification des comptes, lorsque les corrections d'auteur sont nombreuses. Eugène Boutmy était typographe à une époque ou cette activité nécessitait d'être un ouvrier et un savant, sachant en même temps manier le plomb, manipuler les tournures de la langue et faire respirer le texte sur la page. Ce labeur a généré une langue verte, un argot qui permettait " d'entrer en imprimerie ". Certes ce lexique peut nous sembler lointain à l'heure où des logiciels donnent à croire que la maîtrise de la mise en page est réduite à peu de chose. Paradoxalement, la complexité de ce langage nous ramène à une autre complexité concomitante: celle de la mise en page, qui pose toujours les mêmes problèmes soulevés au travers de ce dictionnaire: faire une belle page n'est pas si simple sans quelques règles. Enfin, cet ouvrage souligne que le labeur des typographes, dur et contraignant, ne les a pas empêchés d'avoir une conscience sociale fortement prononcée.

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/09/2005
  • Editeur
  • ISBN
    2-915378-21-5
  • EAN
    9782915378214
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    121 pages
  • Poids
    0.175 Kg
  • Dimensions
    15,0 cm × 21,0 cm × 1,0 cm

Avis libraires et clients

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Dictionnaire de l'argot des typographes - Augmenté d'une histoire des typographes au XIXe siècle et d'un choix de coquilles célèbres est également présent dans les rayons

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK