La Violence, une histoire sociale - France, XVIe-XVIIIe siècles

Michel Nassiet

Note moyenne : | 0 avis
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
  • Editions Champ Vallon

  • Paru le : 26/09/2013
  • Tous vos e-books sur notre application de lecture
  • Téléchargement immédiat
  • Aide au choix numérique
16,99 €
E-book - ePub
Vérifier la compatibilité avec vos supports

Decitre eBooks

Découvrez vos e-books avec notre application de lecture !

  • E-book À partir de 16,99 €
    • PDF 16,99 €
Votre note
Des hommes qui vengent leur père, leur frère ou leur sour, des maris qui tuent en flagrant délit d'adultère, des pères qui mutilent l'enfant menaçant l'honneur de la famille. À partir des lettres de rémission, une source méconnue, bruissante des affrontements de violence et de sang qui traversent et perturbent les relations interpersonnelles, ce livre porte sur l'homicide vécu au quotidien, du siècle de la Renaissance à celui des Lumières : il en définit les composantes, il en esquisse l'évolution et ambitionne de proposer une explication globale en offrant un modèle de compréhension et d'intelligibilité de la société de l'époque moderne.
L'évolution n'a pas été linéaire : la violence s'exacerbe au XVIe siècle, notamment dans le cas du duel, puis décline, jusqu'à atteindre un point bas dès le début du XIXe siècle. À la théorie du procès de civilisation, chère au sociologue Norbert Elias, maints aspects des affrontements du siècle de la Renaissance et des guerres de Religion ne se conforment pas. Aussi, la première originalité de cet ouvrage est-elle d'emprunter son paradigme explicatif à Émile Durkheim : la violence diminue parce que déclinent les causes qui y portent, c'est-à-dire l'attachement à des groupes, et d'abord aux groupes de parenté, ainsi qu'aux communautés confessionnelles au temps de la déchirure religieuse et des « guerriers de Dieu ».
Ce livre permet de comprendre le poids des devoirs issus des liens du sang, encore très forts au XVIe siècle : à la fois une solidarité impérieuse et une obligation intransigeante de défense de son honneur, un honneur conçu comme collectif et absolu. L'attention accordée aux femmes est toujours très forte : épouses, sours et filles occupent, au cour de ces conflits de violence, une position centrale.
Une autre originalité de l'ouvrage est de calculer des taux d'homicide : taux très élevés dans le cas du duel, puis déjà bas dans la société rurale du XVIIIe siècle. Il montre enfin l'affaiblissement des liens de parenté, corrélé au resserrement du lien conjugal, ainsi que la relativisation et l'individualisation de l'honneur, portées par le désir de plus en plus impérieux d'un épanouissement individuel.
L'aspiration au bonheur serait-elle le meilleur remède à la violence ?
  • Date de parution : 26/09/2013
  • Editeur : Editions Champ Vallon
  • Collection : Epoques
  • ISBN : 978-2-87673-761-7
  • EAN : 9782876737617
  • Format : ePub
  • Nb. de pages : 386 pages
  • Caractéristiques du format ePub
    • Pages : 386
    • Taille : 3 052 Ko
    • Protection num. : Digital Watermarking

Biographie de Michel Nassiet

Michel Nassiet est professeur d'histoire moderne à l'Université d'Angers et membre de l'Institut universitaire de France.

Nos avis clients sur decitre.fr


Avis Trustpilot

La Violence, une histoire sociale - France, XVIe-XVIIIe siècles est également présent dans les rayons

Michel Nassiet - La Violence, une histoire sociale - France, XVIe-XVIIIe siècles.
La Violence, une histoire sociale. France, ...
16,99 €
Haut de page
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK

Ne partez pas tout de suite...

Inscription newsletter