La philosophie comme savoir de l'existence - Tome 1, L'altérité

Alain Juranville

Note moyenne : | 0 avis
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
  • Presses Universitaires de France

  • Paru le : 01/11/2000
  • Tous vos e-books sur notre application de lecture
  • Téléchargement immédiat
  • Aide au choix numérique
19,99 €
E-book - Multi-format
Vérifier la compatibilité avec vos supports

Nos applications de lecture

Découvrez vos e-books avec nos applications de lecture !

Votre note
L'intention de ce travail est de présenter la philosophie comme savoir rationnel pur et de la présenter à partir de la pensée contemporaine, de Kierkegaard et Heidegger à Wittgenstein, Lévinas et Lacan. Pensée qui pourtant s'oppose au nom de l'existence à Hegel et à l'idée du savoir philosophique. Nous partons de cette pensée comme pensée de l'existence et avec elle et contre elle, nous présentons la philosophie comme savoir de l'existence.
L'argument ici développé est que l'inconscient repris par la philosophie, permet de résoudre la contradiction de l'existence (entre l'altérité, la relation à l'Autre et l'identité). Et de cela sans réduire comme Hegel, l'altérité à un moment inessentiel de l'identité. En assumant au contraire toutes les analyses de la pensée de l'existence attachée à l'altérité radicale. Mais en réaffirmant avec Hegel, l'exigence du savoir, dont le terme premier est pour nous l'inconscient.
La méthode fait passer, comme chez Hegel, par les trois temps nécessaires de toute méthode spéculative. Mais elle est précisément "méthode métaphorique", parce que l'objectivité avec l'existence est langage et que le principe de l'objectivité est alors métaphore. Une telle méthode dégage deux aspects. D'une part la négation pure qui brise tout développement finalisé : au temps spéculatif du concept correspond le temps existentiel du refus.
Refus qui est d'abord celui qu'opposent l'empirisme et la métaphysique, nous suivons à ce propos la critique qui en est faite par la pensée de l'existence. Mais refus qui est ensuite celui qu'oppose la pensée de l'existence elle-même. D'autre part l'affirmation pure qui fait passer outre à ce refus et accéder au temps suivant du développement spéculatif. Affirmation pure qui caractérise le savoir de l'existence et qui est création.
La création en général est le thème central de ce travail. Texte de présentation de l'auteur
  • Caractéristiques du format Multi-format
    • Pages : 320
  • Caractéristiques du format Mobipocket
    • Protection num. : pas de protection
  • Caractéristiques du format ePub
    • Protection num. : pas de protection
  • Caractéristiques du format Streaming
    • Protection num. : pas de protection

Biographie d'Alain Juranville

« Le monde actuel, celui de la mondialisation et du capitalisme, est le monde juste qu'a voulu la philosophie depuis son commencement avec Socrate et Platon. » Comment l'auteur de cet ouvrage peut-il soutenir pareille thèse ? Parce que le monde où nous vivons est celui de la fin de l'histoire. Non pas certes au sens hégélien d'un accomplissement naturel et irrésistible - il y a eu l'Holocauste. Mais au sens où, dans ce monde, le mal foncier de l'homme, sa complaisance inéliminable à l'aliénation, son injustice constitutive, son refus de l'« ex-istence » vers l'autre, sa pulsion de mort, ont été fixés : le mal a été réduit à sa forme minimale - socialement, le capitalisme.
Dans cette fin de l'histoire s'établit la démocratie véritable, celle qui garantit à chacun, par le droit, les conditions pour advenir à son individualité. Une démocratie délivrée de tous démons de démocratie directe (populaire, d'opinion, participative, etc.) et confirmée dans sa vérité de démocratie représentative par l'acceptation résolue du capitalisme. Telles sont les conséquences politiques que doit tirer aujourd'hui la philosophie, si du moins elle ne se contente pas, avec la pensée contemporaine depuis Kierkegaard, de poser l'existence ; de surcroît elle pose l'inconscient qui en est le principe.
Car la seule affirmation de l'existence a voué la philosophie à une contradiction radicale incarnée dans ce penseur si problématique qu'est Carl Schmitt. Et elle a débouché, à travers le projet de révolution anticapitaliste, sur les horreurs du totalitarisme lumineusement décrites par Hannah Arendt. La philosophie ne peut résoudre une telle contradiction qu'en affirmant l'inconscient : cet inconscient créateur par lequel est assumé, autant qu'il est possible, le refus foncier de l'existence - la pulsion de mort.

Nos avis clients sur decitre.fr


Avis Trustpilot

La philosophie comme savoir de l'existence - Tome 1, L'altérité est également présent dans les rayons

Alain Juranville - La philosophie comme savoir de l'existence - Tome 1, L'altérité.
La philosophie comme savoir de l'existence. Tome 1,...
19,99 €
Haut de page
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK

Ne partez pas tout de suite...

Inscription newsletter