Communication politique, le plus vieux métier du monde - Partie 4 - Révolution industrielle et bourgeoisie

Jean-Noël Dibie

Note moyenne : | 0 avis
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
  • Eyrolles

  • Paru le : 05/06/2014
  • Tous vos e-books sur notre application de lecture
  • Téléchargement immédiat
  • Aide au choix numérique
2,49 €
E-book - Multi-format
Vérifier la compatibilité avec vos supports

Decitre eBooks

Découvrez vos e-books avec notre application de lecture !

Votre note
Chemin de fer, photographie, télégraphe, cinématographe, etc. Autant d'innovations techniques apparues au cours du XIXème siècle que les hommes politiques ont su s'approprier à leurs fins de communication. Une nouvelle pratique de la communication politique naît alors, caractérisée également par l'essor de la presse. Cette dernière devient un puissant outil de communication pour le pouvoir politique...
mais aussi les contre-pouvoirs. Comme au temps de Pharaon, les Etats européens du XIXème siècle accompagnent et encadrent le développement des nouveaux moyens de communication émergeant au cours du XIXème siècle : réseau électrique, puis radiographique, chemin de fer, etc. Un contrôle qui permet à l'élite dirigeante, incarnée par la bourgeoisie, de mettre en oeuvre sa communication ayant pour pivot la famille, caractéristique de l'imagerie de Louis XVIII; pour credo le progrès technique exalté lors des Expositions universelles ; et pour dynamique l'aventure coloniale. Pendant ce temps, la presse profite également des évolutions techniques pour se développer , constituant ainsi un "quatrième pouvoir" sur lequel s'appuie la bourgeoisie. Face au pouvoir que prend la presse, les hommes politiques tentent d'en prendre le contrôle, soit par la détention de titres à l'instar du Moniteur Universel qui est l'organe de presse officiel de 1800 à 1869 ; soit par la mise en place de mécanismes et procédures évoluant vers plus ou moins de censure suivant les régimes politiques.
L'opposition et les contre-pouvoirs trouvent également, à travers la presse, un puissant outil de communication : les catholiques ultramontains avec L'Univers (1833), les libéraux et anti-cléricaux avec Le Siècle, les classes populaires avec Le Petit Journal, etc. Ainsi, la presse peut se révéler une arme de communication tournée contre les politiques : en témoigne les nombreuses caricatures de figures politiques parues dans des journaux comme La Caricature. La IIIème République va largement utiliser la presse dans sa communication politique, marquée par l'esprit de revanche après la perte de l'Alsace-Lorraine en 1870.
Exacerbant le nationalisme, la presse participe de façon significative à la montée des égos qui vont conduire à la Première Guerre mondiale. Un coup d'arrêt pour la liberté de la presse alors bridée par les militaires aux fins de la communication de guerre. Dans son ebook en six parties, Jean-Noël Dibie va à l'encontre des idées reçues : non, la communication politique n'est pas née au XXIème siècle!
  • Date de parution : 05/06/2014
  • Editeur : Eyrolles
  • ISBN : 978-2-212-26676-4
  • EAN : 9782212266764
  • Format : E-Book multi-format
  • Nb. de pages : 53 pages
  • Caractéristiques du format Multi-format
    • Pages : 53
  • Caractéristiques du format PDF
    • Protection num. : pas de protection
  • Caractéristiques du format ePub
    • Protection num. : pas de protection

Nos avis clients sur decitre.fr


Avis Trustpilot

Communication politique, le plus vieux métier du monde - Partie 4 - Révolution industrielle et bourgeoisie est également présent dans les rayons

Jean-Noël Dibie - Communication politique, le plus vieux métier du monde - Partie 4 - Révolution industrielle et bourgeoisie.
Communication politique, le plus vieux métier du...
2,49 €
Haut de page
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK

Ne partez pas tout de suite...

Inscription newsletter