Baltasar Gracian, la civilité ou l'art de vivre en société

Stéphan Vaquero

Note moyenne : | 0 avis
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
  • Presses Universitaires de France

  • Paru le : 17/09/2015
  • Tous vos e-books sur notre application de lecture
  • Téléchargement immédiat
  • Aide au choix numérique
25,99 €
E-book - Multi-format
Vérifier la compatibilité avec vos supports

Decitre eBooks

Découvrez vos e-books avec notre application de lecture !

Votre note
La raison d'État de soi-même que propose Baltasar Gracián (1601-1658) à tout individu est au principe d'une éthique paradoxale, voire contradictoire - et en ce sens baroque - qui prescrit à chaque individu de se comporter comme un État dans la manière d'être à soi et aux autres. C'est l'ensemble de ces prescriptions, ou règles de civilité, que permettent de dégager les maximes de l'Oráculo manual y arte de prudencia : dans les relations qu'ils ont les uns avec les autres, les individus doivent à la fois et contradictoirement adopter des normes communes - les règles du « bon goût » - et cependant ne s'en remettre qu'à eux-mêmes - à leur goût propre - pour déterminer ce qu'il est dans leur intérêt de faire ou de ne pas faire.
C'est la raison pour laquelle cette éthique baroque qu'est la civilité est un art de vivre en société et non une morale catégorique : les règles qu'elle prescrit ne sont pas extérieures au commerce des individus, mais au contraire immanentes au jeu social lui-même. La civilité sociale est ainsi au fondement de la société civile, dont la normalité relève d'un libéralisme éthique. Une telle civilité n'a cependant pas résolu le problème qui l'a rendu possible, à savoir l'écart dans lequel se tient - et doit se maintenir - le sujet de l'éthique : la composition propre au commerce social des individus exige en effet que chacun demeure en soi et néanmoins en relation avec les autres.
C'est cet écart, constitutif du sujet, qu'illustre parfaitement ce roman allégorique qu'est le Criticón, dans lequel s'achève la pensée de Gracián : la raison d'État de soi-même est la tentative de déterminer la normativité d'une composition du lieu de soi - elle est la fiction d'un sujet qui pourrait enfin se saisir pleinement lui-même sans produire aussitôt l'écart constitutif de sa propre mise en abîme.
Par là, est également décelé le sens de la pensée baroque, dont Gracián est certainement l'un des plus illustres et parfaits représentants : une pensée de l'écart, qui est l'écart de la pensée elle-même.
  • Date de parution : 17/09/2015
  • Editeur : Presses Universitaires de France
  • ISBN : 978-2-13-074005-6
  • EAN : 9782130740056
  • Format : E-Book multi-format
  • Nb. de pages : 352 pages
  • Caractéristiques du format Multi-format
    • Pages : 352
  • Caractéristiques du format Mobipocket
    • Protection num. : pas de protection
  • Caractéristiques du format ePub
    • Protection num. : pas de protection
  • Caractéristiques du format Streaming
    • Protection num. : pas de protection

Biographie de Stéphan Vaquero

La raison d'État de soi-même que propose Baltasar Gracián (1601-1658) à tout individu est au principe d'une éthique paradoxale, voire contradictoire - et en ce sens baroque - qui prescrit à chaque individu de se comporter comme un État dans la manière d'être à soi et aux autres. C'est l'ensemble de ces prescriptions, ou règles de civilité, que permettent de dégager les maximes de l'Oráculo manual y arte de prudencia : dans les relations qu'ils ont les uns avec les autres, les individus doivent à la fois et contradictoirement adopter des normes communes - les règles du « bon goût » - et cependant ne s'en remettre qu'à eux-mêmes - à leur goût propre - pour déterminer ce qu'il est dans leur intérêt de faire ou de ne pas faire.
C'est la raison pour laquelle cette éthique baroque qu'est la civilité est un art de vivre en société et non une morale catégorique : les règles qu'elle prescrit ne sont pas extérieures au commerce des individus, mais au contraire immanentes au jeu social lui-même. La civilité sociale est ainsi au fondement de la société civile, dont la normalité relève d'un libéralisme éthique. Une telle civilité n'a cependant pas résolu le problème qui l'a rendu possible, à savoir l'écart dans lequel se tient - et doit se maintenir - le sujet de l'éthique : la composition propre au commerce social des individus exige en effet que chacun demeure en soi et néanmoins en relation avec les autres.
C'est cet écart, constitutif du sujet, qu'illustre parfaitement ce roman allégorique qu'est le Criticón, dans lequel s'achève la pensée de Gracián : la raison d'État de soi-même est la tentative de déterminer la normativité d'une composition du lieu de soi - elle est la fiction d'un sujet qui pourrait enfin se saisir pleinement lui-même sans produire aussitôt l'écart constitutif de sa propre mise en abîme.
Par là, est également décelé le sens de la pensée baroque, dont Gracián est certainement l'un des plus illustres et parfaits représentants : une pensée de l'écart, qui est l'écart de la pensée elle-même.

Nos avis clients sur decitre.fr


Avis Trustpilot

Baltasar Gracian, la civilité ou l'art de vivre en société est également présent dans les rayons

Stéphan Vaquero - Baltasar Gracian, la civilité ou l'art de vivre en société.
Baltasar Gracian, la civilité ou l'art de...
25,99 €
Haut de page
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK

Ne partez pas tout de suite...

Inscription newsletter